Fonds Denis Vasse - Fonds Denis Vasse - numelyo - bibliothèque numérique de Lyon
aller au menu | aller au moteur de recherche | aller au contenu

Bibliothèque municipale de Lyon | Ville de Lyon

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Fonds Denis Vasse

    Denis Vasse (1933-2018) fut un prêtre jésuite, un médecin et un psychanalyste. ll est l’auteur d’une œuvre abondante et originale (livres, articles, émissions de télévision et de radio...) qui reflète sa réflexion dans les domaines de la psychanalyse et de la spiritualité et dans laquelle la question de l’homme tient une place centrale. Ses archives ont été données à la Bibliothèque municipale de Lyon par l'association Psychanalyse et Anthropologie (APA) en 2013.

    Denis Vasse : médecin et psychanalyste, prêtre jésuite

    Denis Vasse naît le 13 septembre 1933 à Aïn Bessem en Algérie. Il est fils d’un agriculteur et d’une institutrice. Il meurt le 12 mars 2018 à Francheville, à proximité de Lyon.

    Il est élève au collège Notre-Dame d’Afrique à Alger où par la suite il fait des études de médecine de 1951 à 1957. Bien qu’il ne prenne pas parti dans les luttes indépendantistes, il est arrêté et torturé. Retrouvé puis libéré, il entre à la Compagnie de Jésus en 1958. Son doctorat obtenu à la faculté d’Aix-Marseille, il effectue son service militaire de 1960 à 1962, pendant la guerre d'Algérie, en tant que médecin.

    Denis Vasse auscultant un enfant durant la guerre d'Algérie, BmL, Ms 7681 (6A-1)

    Dès son retour en 1962, il se forme à la psychanalyse en suivant les séminaires de Jacques Lacan à l’École freudienne de Paris. Il exerce d’abord comme médecin dans la région parisienne en parallèle de ses études de philosophie à Chantilly. C’est à cette époque qu’il fait une cure analytique avec Serge Leclaire. En 1967-1968, il déménage en région lyonnaise pour ses études de théologie à Fourvière et installe son cabinet de psychanalyste rue du docteur Dolard à Villeurbanne. Pendant plus de trente ans, il assure des cures d'adultes et d'enfants. Il est ordonné prêtre le 28 juin 1970 à Francheville, au Châtelard, centre spirituel jésuite où il séjourne quelques temps en assurant des directions spirituelles et en donnant des retraites.

    Carte de voeux calligraphiée par Denis Vasse, 11 avril 2002, BmL, Ms 7681 (6D-4)

    En 1976, il est élu vice-président de l’École freudienne de Paris (EFP). Suite à son intervention aux journées organisées en mai 1979 par Confrontation, mouvement psychanalytique extérieur à l’EFP, Jacques Lacan lui demande de démissionner de sa fonction. Denis Vasse s’en tenant aux règles associatives refuse. S’engagent alors de vifs débats au sein de l’École freudienne, qui conduisent à sa dissolution par Jacques Lacan en 1980.

    En 1984, Denis Vasse contribue à la création du Jardin Couvert à Lyon, une structure pour les très jeunes enfants et leurs parents du même type que la Maison Verte créée à Paris par Françoise Dolto, dont il est l'ami proche. De 1976 à 2008, il anime des sessions où il développe une anthropologie ouverte, en conjuguant avec d'autres intervenants les approches psychanalytique, clinique, cinématographique, philosophique et biblique. Tenues d’abord au centre Thomas More de L'Arbresle, ces sessions réunissent un public de plus en plus nombreux. En 1993, l'association Psychanalyse et Anthropologie (APA) est fondée pour organiser des sessions bisannuelles données à Lyon et à Paris. Parallèlement, elle se consacre à la conservation, la diffusion et l'édition de l’œuvre écrite, orale et télévisuelle de Denis Vasse. Elle l’aide à publier ses livres et crée le site internet denis-vasse.com où sont diffusés ses travaux.

    En 1999, il met un terme à son activité de praticien et ferme son cabinet

    Si Denis Vasse refuse de faire école, son œuvre influence chercheurs et psychanalystes. Il s'inscrit dans une démarche de transmission en donnant de nombreux séminaires, sessions et conférences, jusqu’en 2008. En 2002, il est appelé à participer aux travaux de la commission épiscopale sur la pédophilie.

    Il est l'auteur d’une quinzaine de livres, de multiples articles et contributions. Il répond à l’invitation de radios et chaînes de télévision. Dans son œuvre, il développe une anthropologie ouverte, dont le fil conducteur est la « question de l'homme ». C'est le fruit de cinquante années de travail d'un homme, jésuite et prêtre, médecin et psychanalyste, qu’il a pu résumer ainsi dans une lettre en 2003 : mon travail consistait à lire et/ou écouter deux textes : celui du « divan » et celui de l’Écriture… à la lumière de la question de l'homme (lettre du 2 février à Claude Dagens, Ms 7681 (1C-4-30)).

    De son bureau au silo de la bibliothèque

    Le travail de transmission de Denis Vasse trouve son achèvement dans le don de ses archives à la Bibliothèque municipale de Lyon (BmL).

    En 2009, il confie ses archives à l'association Psychanalyse et Anthropologie, la chargeant de les donner à une institution publique afin d'en garantir la conservation et l'ouverture au public. Denis Vasse et l'APA signent une convention de don avec la Ville de Lyon en 2013, actant un changement de propriété physique des documents, la propriété intellectuelle ne pouvant être cédée.

    Dossiers d'archives de Denis Vasse dans son bureau de la rue des Fantasques à Lyon, septembre 2013, cliché Catherine Amblard

    En septembre 2013, les archives sont déménagées de son appartement de la rue des Fantasques à Lyon au silo de la bibliothèque de la Part-Dieu. Une partie de la bibliothèque personnelle de Denis Vasse, environ huit cent livres, accompagne les archives. Choisis parce qu’ils ne se trouvaient pas déjà à la bibliothèque municipale, ces livres sont destinés à intégrer ses collections au terme de leur catalogage et de leur équipement.

    La convention de don crée également un conseil scientifique tri-partite chargé de superviser le traitement du fonds. Semblable au conseil scientifique encadrant le dépôt et le traitement de la collection jésuite des Fontaines, il est composé de membres issus de la BmL, de l’APA et de la Compagnie de Jésus. L'association, partie prenante dans les choix méthodologiques et scientifiques faits pour le traitement du fonds, mobilise tous ses moyens avec le recrutement et l’embauche de l'archiviste chargée du fonds et les réunions de travail mensuelles à la bibliothèque. Le don est rendu possible grâce à l'autorisation accordée par la Compagnie de Jésus, héritière de Denis Vasse. La Compagnie est solidaire du travail archivistique en apportant son soutien au conseil scientifique, à l'association Psychanalyse et Anthropologie et en finançant les derniers mois du poste d'archiviste.

    Des cartons de déménagement aux boîtes d'archives

    Le fonds est composé d’archives matérielles, c’est-à-dire de documents papier essentiellement mais aussi de cassettes vidéo et audio, ainsi que d’archives numériques, c’est-à-dire de fichiers informatiques. Ce fonds est le premier fonds accueilli par la Bibliothèque municipale de Lyon contenant des archives nativement numériques.

    À leur arrivée, les archives matérielles occupent 25,5 mètres linéaires. L’intégration de livres annotés de la main de Denis Vasse au fonds d’archives depuis sa bibliothèque personnelle explique que 27 mètres linéaires soient aujourd’hui occupés.

    Le fonds Denis Vasse durant son traitement à la BmL, décembre 2018, cliché Anne-Cécile Faure

    Les archives numériques pèsent 7 Go à leur arrivée. Suite à leur traitement informatique, elles pèsent désormais 5 Go. L'enregistrement dans des formats ouverts des fichiers créés dans des formats fermés permet de réduire leur poids et de garantir la pérennité de leur lecture. C'est le défi que représentent les archives numériques pour les institutions culturelles de conservation patrimoniale comme la Bibliothèque municipale de Lyon : celui de la pérennité de l'accès, de l'ouverture et de la lecture des documents nativement numériques [note].

    Les cassettes d'enregistrements de séminaires de Denis Vasse font l'objet d'une numérisation pour prévenir l'obsolescence des cassettes et la disparition des moyens techniques de les lire. Les fichiers numériques ainsi obtenus (par la société spécialisée à laquelle l'APA s'adresse) sont intégrés aux archives numériques en tant que documents de substitution et pèsent 54 Go.

    Le fonds contient des manuscrits, textes dactylographiés, notes, dessins, photographies, lettres, cartes postales, mails, vidéos, enregistrements sonores, livres, calligraphies, épreuves, contrats, dossiers de patients, schémas, articles, documentation, devoirs, diapositives, carnets de voyage, homélies.

    Note manuscrite de Denis Vasse sur la notion de Loi, 12 septembre 1972, BmL, Ms 7681 (2A-10), f.5

    Schéma présenté par Denis Vasse lors de la session bisannuelle "Homme et Femme", 2004-2005, BmL, Ms 7681 (1C-2-16)

    Afin qu'elles puissent être disponibles à la consultation en salle de lecture du Fonds ancien, les archives sont traitées dans le respect des règles archivistiques. Ce processus, présenté le 21 octobre 2017 lors de la journée d'études « Comment lire ? Denis Vasse : psychanalyse, lecture et interprétation », se déroule en plusieurs étapes.

    Le dépouillement des archives permet de prendre connaissance du fonds, d’en déterminer sa profondeur et d'établir un plan de classement suffisamment détaillé en hiérarchisant et en mettant en lien les différents ensembles de documents sur quatre niveaux de description, de la série au dossier. Le plan est constitué de six séries. Les trois premières correspondent aux trois facettes de la vie de Denis Vasse : sa profession de psychanalyste, son travail de publication et sa vocation de prêtre jésuite. Les quatrième et cinquième séries dépendent de la typologie des documents : la correspondance et la documentation. Enfin, la sixième est destinée aux documents concernant la vie personnelle et privée de Denis Vasse. Chaque série est classée avec la même précision et la même finesse, mais elles ne sont pas toutes décrites de la même façon. Les séries 1 (profession) et 2 (publications) bénéficient d'une description détaillée. Les séries 3 (vocation) et 6 (vie personnelle) sont décrites succinctement. La série 5 (documentation) est traitée de manière bibliographique par Philomène Picard. Enfin, la série 4 (correspondance) n'est pas décrite : la correspondance n'étant pas communicable, les noms des correspondants ne le sont pas non plus. En effet, cette correspondance, comme les dossiers de patients, est soumise à une restriction d'accès d’une durée de cinquante ans après la mort de Denis Vasse. La raison de ce délai, inscrit dans la convention de don, est le respect de la vie privée des personnes concernées : patients et correspondants.

    Ce plan de classement guide le classement pièce-à-pièce des archives, simultanément dans la forme et sur le fond. Le classement matériel est réalisé au moyen du conditionnement physique des archives dans des chemises et boîtes en papier et carton neutres, durables dans le temps. Le classement informatique est réalisé au moyen du conditionnement informatique, c’est-à-dire l’application du plan de classement à l’arborescence des fichiers et leur renommage ainsi que l’emploi de formats de fichier pérennes. Le classement intellectuel permet la rédaction d'un inventaire en utilisant la description archivistique encodée. C’est une règle de langage XML respectant la norme archivistique ISAD(G) et permettant l'indexation des noms propres et mots matière. Cet instrument de recherche est publié dans le Catalogue collectif de France (CCFr) à l’aide de l’application TAPIR développée par la Bibliothèque nationale de France (BnF). Enfin, la cotation et l'équipement (foliotation, estampillage, rondage) des archives permettent leur identification et leur localisation ainsi que leur protection contre le vol. Ce traitement archivistique mené à terme, les archives sont consultables par les lecteurs.

    Ce processus de traitement nécessite trois années de travail avec le concours des membres du bureau de l'association Psychanalyse et Anthropologie rencontrés une fois par mois (Marie-José D'Orazio-Clermont, Catherine et Henri Amblard) et le concours des membres du conseil scientifique (dont Michel Boutin de l’APA et Henri Aubert, s.j.). Travailler au classement du fonds Denis Vasse avec l'aide des personnes qui le connaissent personnellement et qui ont travaillé avec lui pendant une quarantaine d'années permet d'éviter bien des écueils et des détours dans la compréhension de ces milliers de pages. Toutes ne sont pas lues. Lire les titres, les intitulés, les sommaires, les mots mis en évidence et de temps en temps un texte, une note manuscrite ou une lettre qui retiennent l'attention, est suffisant pour être capable de les classer sans faire d'impair.

    De la théorie à la pratique et de la pratique à la théorie

    L’œuvre théorique de Denis Vasse dialogue continuellement avec sa pratique clinique. Et réciproquement. Les plus beaux exemples en sont les livres La grande menace, La psychanalyse et l'enfant (2004) et Agathe ou la jumelle occultée. La cure d'une petite fille autiste (2013). Dans les années 1970 et 1980, en centre médico-psychologique (CMP), Denis Vasse suit en cure le petit garçon Christian et la petite fille Agathe. De 1993 à 1998, dans le cadre du séminaire du samedi, il présente et théorise au plan clinique la cure de Christian à un public de psychanalystes praticiens à partir de ses notes de cure et des dessins réalisés par l'enfant pendant les séances. Il s’appuie sur la lecture de L'image inconsciente du corps de Françoise Dolto et il développe des textes théoriques. De 2003 à 2007, dans le même cadre et au même public, il expose la cure d'Agathe. Il s'appuie sur la lecture des textes de plusieurs philosophes dont Aristote et Michel Henry et il développe de nouveau des textes théoriques. À partir de 2001, il travaille à l'édition du séminaire dont la cure de Christian fait l'objet. En 2004, paraît le livre La grande menace (Seuil), préfacé par Marie-José D'Orazio-Clermont. Cette cure d'enfant est publiée intégralement (avec les dessins). La transcription de la cure de Christian est accompagnée des textes théoriques présentés pendant le séminaire et de la transcription des échanges de Denis Vasse avec les psychanalystes, les séances du séminaire étant enregistrées audio-visuellement par Arnaud de Mezamat. À partir de 2008, Denis Vasse entreprend un travail similaire pour publier la cure d'Agathe, avec une introduction de Michel Boutin. Le livre Agathe ou la jumelle occultée (Bayard) paraît en 2013.

    Dessin issu de la 61e séance de la cure d'Agathe, 1975-1977, publié dans "Agathe ou la jumelle occultée" (chapitre 28, p. 178), 2013, BmL, Ms 7681 (1C-1-6), f. 721

    Dessin issu de la cure de Christian, 1972-1973, publié en couverture de "La grande menace", 2004, BmL, Ms 7681 (2B-10)

    Ce travail psychanalytique au long cours mené par Denis Vasse est rendu manifeste par une organisation spécifique de ses dossiers de travail. Le dépouillement de ses archives met en évidence la réécriture et l’approfondissement des textes cliniques, des dessins de cures et des textes théoriques. Le classement permet de reconstituer les dossiers de chaque étape de ces trente années de travail. Le dessein de ce traitement archivistique est d'obtenir des dossiers identifiés et datés, intelligibles pour le lecteur qui n'est pas familier de la méthode de travail de Denis Vasse. Le plan de classement qui découle de ce traitement, permet de retrouver ces étapes. La première série est consacrée au psychanalyste, praticien et formateur. La deuxième série présente l'écrivain et auteur à travers ses dossiers de travail, ses monographies, ses contributions et articles, ses communications radiotélévisées.

    Cette méthode de travail et ses résultats font l'intérêt et l'originalité de ce fonds qui ouvre un nouveau champ dans les collections de la bibliothèque, celui de la psychanalyse.

    Enregistrement du film "L'enfant et le chat" en collaboration avec Michel Farin, 1978, BmL, Ms 7681 (2E-1-3)

    Grâce aux travaux de Denis Vasse, ainsi mis à la disposition des lecteurs et des chercheurs, cette discipline peut être abordée par l'étude des textes d'un psychanalyste reconnu, par l'étude de séminaires destinés à la formation des psychanalystes, par la lecture et l'écoute de sessions destinées à un public d'initiés comme de néophytes, par l'écoute d'émissions enregistrées pour la radio et la télévision, par la lecture de mémoires s'appuyant sur l’œuvre de Denis Vasse. Ses archives montrent combien ses travaux s'inscrivent dans une toile collective qui dépasse les frontières de la psychanalyse. Ainsi, le fonds met en évidence les échanges fructueux entre Denis Vasse et ses compagnons jésuites Paul Beauchamp et Michel Farin. Pour ne citer qu'eux. L’entrée du fonds à la bibliothèque fait sens par rapport à la collection jésuite des Fontaines. Il entre aussi en résonance avec le fonds Bernard Simeone. Des fonds complémentaires sont venus enrichir les collections de la bibliothèque à l'invitation de l'association Psychanalyse et Anthropologie. Des documents et des lettres échangés avec Denis Vasse ont été donnés par Claude et Marie-Claude Chanut ; Mireille Grosse ; Marie-Françoise Guihard ; Jean-Claude Guyot ; Jean-Michel Maldamé ; Jacques Monasse ; Christiane Morand ; Françoise Muckensturm ; sœur Emmanuelle (Marie-Françoise Pédailles) ; François Rey ; Jean-Marie Prieur ; Léo Scherer ; Andrée Verdiel ; Jano Xhenseval.

    Dossier rédigé par Anne-Cécile Faure, archiviste, chargée de mission par l'APA, d'avril 2016 à fin mars 2019.

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Anne-Cécile Faure, Fonds Denis Vasse, numelyo [en ligne], mis en ligne le , modifié le , consulté le 2021-06-20 08:48:09. URL : https://numelyo.bm-lyon.fr/BML:BML_00GOO01001THM0001_Denis_Vasse

    Logo Bibliothèque municipale de Lyon Logo Ville de Lyon