Josette Vial

106

Après une enfance vécue rue du Premier-Film où son père est salarié des usines Lumière, Josette Vial est très tôt formée à la photographie au sein des structures éducatives du quartier de Montplaisir. Militante et engagée, elle suit de près la mouvance de mai 1968 en occupant l'entreprise Delle-Alsthom à Villeurbanne, avant d'entreprendre un périple d'une année qui la conduit de Lyon à Chittagong (Bangladesh). De retour à Lyon, elle se rapproche de "Travail et Culture", association du monde ouvrier pour laquelle elle réalise plusieurs montages audiovisuels en collaboration avec les peintres Réné Münch et Georges Manillier.

En 1972, Josette Vial devient photographe bénévole pour La Voix du Lyonnais, supplément local de L'Humanité Dimanche. Une expérience de courte durée, puisqu'elle est engagée dès l'année suivante comme photographe-reporter à la mairie communiste de Vaulx-en-Velin (1973-1976), puis à celle de Vénissieux en 1977, ville où elle réalise l'essentiel de sa carrière jusqu'à sa retraite en 2010.

Durant toutes ces années, Josette Vial fréquente les milieux artistiques et littéraires qui l'amènent à collaborer à plusieurs reprises avec les peintres et les poètes régionaux tels que Georges Manillier ou Alain Wexler. Aussi, elle participe à de nombreuses expositions collectives en région lyonnaise - expositions de la jeune photographie lyonnaise au centre commercial de la Part-Dieu, salons des artistes de Lyon et du Sud-Est, etc. - où son travail est remarqué par la critique lyonnaise, Jean-Jacques Lerrant et René Deroudille en tête.

A l'heure de la retraite, Josette Vial poursuit un travail plus personnel sur des thèmes qui lui sont chers. Observatrice attentive de son époque, elle parcourt les vernissages, témoigne par l'image des mouvements sociaux de ce début de XXIe siècle et suit, quelques fois avec humour, les contraintes imposées par la crise sanitaire de 2020.

En 2022, Josette Vial fait don à la Bibliothèque de la quasi-totalité des archives photographiques encore en sa possession pour la période 1974-2010. Un fonds estimé à quelques 20.000 négatifs auxquels s'ajoutent 3000 photographies numériques.

Ph. Rassaert - BM de Lyon.