retour à la page précédente

C'est son pauvr'chat qu'est mort ...

C'est son pauvr'chat qu'est mort ...

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    page précédente

    Cette lithographie de Honoré Daumier est publiée pour la première fois dans La Caricature, un journal dirigé par Charles Philipon à qui [...]

    [+]

    Cette lithographie de Honoré Daumier est publiée pour la première fois dans La Caricature, un journal dirigé par Charles Philipon à qui l’on doit la célèbre formule représentant le roi Louis-Philippe sous l’apparence d’une poire.

    Lorsque paraît cette scène quotidienne, l’heure n’est plus à la charge politique mais à la satire sociale : bridé depuis les lois de septembre 1835 qui instaurent un contrôle préalable sur la presse, c’est dans l’observation de ses contemporains que le caricaturiste trouve à exercer ses talents.

    Lieu de sociabilité par excellence, le marché lui fournit alors un terrain de jeu privilégié. Il y traque physionomies, attitudes et idiomes, dont ses œuvres assorties de légendes nous restituent aujourd’hui un témoignage plein de vie.

    réduire

    vue du document

    C'est son pauvr'chat qu'est mort ... par Daumier, Honoré, 1808-1879
    Bibliothèque municipale de Lyon (F19DAU008887)

    Droit d'utilisation : Domaine public, Licence Ouverte-Open Licence

    page suivante

    Retour