retour à la page précédente

Folies Bergère

Folies Bergère

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Jules Chéret consacre la plupart de son activité des années 1870 à la création d'affiches pour des spectacles, salles de bals, cafés-concerts et cirques. C'est à chaque fois un univers de fête et de carnaval qui est représenté au moyen d'un vocabulaire iconographique évocateur. Dans cette [...]

    [+]

    Jules Chéret consacre la plupart de son activité des années 1870 à la création d'affiches pour des spectacles, salles de bals, cafés-concerts et cirques. C'est à chaque fois un univers de fête et de carnaval qui est représenté au moyen d'un vocabulaire iconographique évocateur. Dans cette affiche générique pour les Folies Bergère, jouant sur le nom de l'établissement, Chéret met en scène une allégorie dansante de la Folie, reconnaissable à sa robe à grelots aux couleurs vives. Le personnage lumineux contraste avec le fonds plus sombre de l'affiche, composé d'une lyre explicitant la nature musicale des spectacles offerts par la maison. Véritable symbole de la vie parisienne de la Belle époque aux Années folles, la salle de music-hall fondée en 1869 tire son nom du terme "folies", désignant alors nombre de salles de spectacles et qualifiant à l'origine des maisons dédiées aux plaisirs de la fête installées pour la haute aristocratie. L'établissement, d'abord nommé Folies Trévise d'après le nom de la rue où se situait l'entrée des artistes, dut changer de nom suite aux plaintes du duc de Trévise qui ne voulait pas voir son patronyme accolé à celui d'une salle de spectacle. Le nom de la rue Richer où se situe l'entrée du public étant également celui d'une famille non éteinte, c'est celui de la rue Bergère toute proche qui fut finalement retenu pour désigner le music-hall dont la réputation allait devenir mondiale.

    réduire

    Folies Bergère par Chéret, Jules, 1836-1932
    Bibliothèque municipale de Lyon (AffP0060)

    Droit d'utilisation : Domaine public, Licence Ouverte-Open Licence

    Retour