retour à la page précédente

Salon des Cent

Salon des Cent

Ajout à votre bibliothèque

Pour pouvoir ajouter ce document à votre bibliothèque numérique, vous devez avoir un compte numelyo.

Créez ou connectez-vous à votre compte

L'inscription est gratuite et vos données personnelles ne seront en aucun cas communiquées à des tiers ou utilisées à des fins commerciales.


Fermer

Téléchargement

Nous vous proposons de télécharger :

  • Télécharger le document
  • Fermer

    Partager


    Lien permanent vers cette page

    Partagez cette page sur les réseaux sociaux



    Fermer

    Contactez-nous



    Fermer

    aidez-nous à décrire ce document !

    Si vous pouvez nous apporter des précisions concernant une date, un lieu, les circonstances ou les personnes représentées, indiquez-les dans ce formulaire.

    N'hésitez pas à nous laisser votre nom et e-mail, ils ne seront pas rendus publics.

    Merci !



    Fermer

    Poser une question

    Si vous le souhaitez, vous pouvez poser une question relative à ce document aux bibliothécaires.

    Le service du "Guichet du Savoir" est chargé d'y répondre en moins de 72 heures.

    Rendez-vous sur www.guichetdusavoir.org pour poser votre question.

    Fermer

    Plongée dans une indolente rêverie, cherchant l'inspiration préludant à l'acte créatif, cette jeune femme à la chevelure flamboyante incarne une allégorie des Arts, reconnaissable à la plume et au pinceau qu'elle tient dans sa main gauche. Le ruban blanc ceignant sa tête semble par ailleurs [...]

    [+]

    Plongée dans une indolente rêverie, cherchant l'inspiration préludant à l'acte créatif, cette jeune femme à la chevelure flamboyante incarne une allégorie des Arts, reconnaissable à la plume et au pinceau qu'elle tient dans sa main gauche. Le ruban blanc ceignant sa tête semble par ailleurs vouloir se diriger vers sa main pour donner vie aux instruments de création. La longue chevelure à boucles d'or trahit à elle seule l'identité de l'auteur de cette superbe lithographie, tant est reconnaissable le style de Mucha, fidèle aux volutes typiquement Art nouveau. La langueur du visage, la nonchalance de la pose et le sein droit dénudé confèrent à l'oeuvre une remarquable sensualité, appréciée du directeur de la revue La Plume, organisatrice du Salon des Cent pour lequel l'artiste tchèque réalisa l'affiche. Léon Deschamps raconte ainsi la découverte de l'oeuvre dans l'atelier du peintre : "Dans un coin de l'atelier, une feuille de croquis avait attiré notre regard : la tête penchée, appuyée nonchalamment sur sa main, une femme demi-nue s'esquissait, la tête auréolée de cheveux d'or retombant en arabesques [...] Comment, cette merveille était pour nous ! Devant notre admiration qu'il prenait pour de la réserve, Mucha voulait s'excuser de certains détails, expliquer que tout serait mis au point à la reproduction... - Au contraire, réalisez cette oeuvre telle qu'elle est, vous aurez produit le chef-d'oeuvre de l'affiche décorative illustrée !" Le succès public fut également au rendez-vous, avec six à sept mille affiches vendues à sa sortie.

    réduire

    Salon des Cent par Mucha, Alphonse, 1860-1939
    Bibliothèque municipale de Lyon (AffP0013)

    Droit d'utilisation : Domaine public, Licence Ouverte-Open Licence

    Retour