[Dragage de carcasses de voitures sur les berges du canal...

[Dragage de carcasses de voitures sur les berges du canal de Jonage]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0772 FIGRPT0106C 01
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
historiqueA la demande Charles Hernu, 25 hommes du 4e régiment du génie de la Valbonne installaient début septembre 1986 un lourd matériel de dragage sur les berges du canal de Jonage. Pendant trois semaines, ils ont livré un combat sans relâche à la boue, le sable et la vase dans lesquels les vestiges de quelques 300 véhicules se trouvaient emprisonnés. "Nous avons d'abord retiré toutes les voitures qui étaient en surface. Au fur et à mesure que l'on descendait le dragage devenait de plus en plus difficile" déclare le colonel Novello. Ce sont finalement 16 véhicules qui seront enlevés à leur sépulture aquatique et qui dans un long cortège de carcasses bringuebalantes s'animeront lentement sur la rive. C'est entre le pont de Croix-Luizet et le confluent du Rhône que les voleurs de voitures venaient régulièrement se décharger de leur butin trop encombrant. Tant et si bien que le débit du canal s'en trouvait gêné. On enregistrait même des turbulences à la centrale située deux kilomètres en amont. L'endroit était devenu le plus grand cimetière de voitures de la région, et sur 167 véhicules sortis, 65 voitures volées ont pu être identifiées. Source : "Les filets sont pleins" / G.B. in Lyon Figaro, 3 octobre 1986, p.16.
note bibliographique"Epaves en eaux troubles" in Lyon Figaro, 9 septembre 1986, p.12. - "Le cimetière des voitures se meurt" / Christine Depardon in Lyon Libération, 9 septembre 1986.

Retour