[Salle d'entomologie du musée Guimet]

[Salle d'entomologie du musée Guimet]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0760 FIGRPT0176 03
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
descriptionAdresse de prise de vue : Salle d'entomologie - musée Guimet, 18 boulevard des belges, Lyon 6e.
historiqueD'entrée, on peut lire la question que tout le monde se pose: "Qu'évoque le mot insecte ?" Pour répondre et "donner une idée globale de la diversité du monde des insectes", selon les propos de Joël Clary, conservateur au musée Guimet, il faut suivre le guide. La nouvelle exposition permanente regroupe deux parties, la première axée sur la biologie des insectes et la seconde sur le classement des espèces. Mais il ne faut pas s'attendre à observer des insectes épinglés sur des paillettes, avec comme seul accompagnement leur nom latin, comme c'était le cas autrefois. Commence la visite. Six panneaux explicatifs, dont le texte a été soumis à l'approbation des universitaires, accompagnent les six premières vitrines. On entre alors dans un univers dont la variété impressionne autant que la taille - infiniment petite - des insectes. Surtout lorsqu'on lit qu'un seul mètre carré de pâturage alpestre renferme plus de deux mille insectes". Pour voir de plus près, on dispose d'un appareil composé d'une loupe et d'un éclairage suffisant permettant d'observer une quinzaine d'insectes, minuscules, placés sur une plaque tournante. Les documents expliquent les variations dues aux saisons, à la géographie et au sexe, ainsi que la manière dont les insectes vivent. Avec, à l'appui, des textes, des photos, des schémas et aussi des insectes sur paillettes. On comprend que certains se nourrissent de matière végétale, d'autres de déchets végétaux et animaux, et que d'autres encore sont carnivores. On apprend que l'insecte est un élément fondamental de la chaîne écologique et qu'il faut passer outre la notion, actuellement surannée, d'insectes nuisibles ou non-nuisibles. Joël Clary reprend : "Ils représentent les trois quarts du monde animal et ils ont tout inventé." Pas étonnant alors qu'ils sachent s'adapter à tous les milieux, les cimes comme les grottes, ou se défendre des prédateurs en se dissimulant, en prenant l'aspect d'une écorce, d'une roche. Source : "Les insectes en vitrines" / Frédérique Valat in Lyon Figaro, 16 octobre 1991, p.14.
note à l'exemplaireNégatif(s) sous la cote : FIGRP04524.

Retour