[70e congrès national de la PEEP (1989)]

[70e congrès national de la PEEP (1989)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0758 FIGRP00004 002
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 36 x 24 mm
descriptionAdresse de prise de vue : Palais des Congrès de Lyon, quai Achille-Lignon, Lyon 6e.
historiqueLe 4 mai 1989, le soixante-dixième congrès national de la PEEP (Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public) ouvre ses portes au Palais des Congrès. Il va durer pendant trois jours. La manifestation ne s'était pas tenue à Lyon depuis 1969. Comme à l'accoutumée, toutes les associations de France ont été invitées : six à huit cents personnes sont attendues, venues de quatre coins de l'Hexagone, voire des lycées français de l'étranger. L'occasion de dresser le bilan d'activité de l'année écoulée et de présenter le rapport financier. Mais, surtout, d'exprimer publiquement et d'une seule voix le point de vue de la fédération sur l'école d'aujourd'hui. Et celle de demain. La journée du 5 mai sera consacrée à des travaux en ateliers. Les congressistes plancheront sur des thèmes chers à la fédération : rythmes scolaires, pédagogie différenciée, formation des enseignants... sans oublier la lecture, qui avait mobilisé l'attention des participants, en 1988, lors du congrès de Toulouse. Cheval de bataille de la PEEP, la lecture reste à l'ordre du jour, tant que rien de satisfaisant n'aura été obtenu. Pour le congrès 1989, - préparation du Grand Marché oblige - deux sujets vont cependant dominer les débats : l'Europe et les relations école-entreprise. Les langues vivantes seront à l'honneur, avec la tenue de trois ateliers : examen des conséquences du Grand Marché, comparaison des différents systèmes éducatifs, et du rôle des parents dans les pays de la CEE. Source : "Les parents à l'appel" / Catherine Lagrange in Lyon Figaro, 4 mai 1989, p.2-3.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 32 négatifs.
note bibliographiqueLyon Figaro, 8 mai 1989, p.3.

Retour