[Association Lyonnaise d'Aquariophilie et de...

[Association Lyonnaise d'Aquariophilie et de Terrariophilie (A.L.A.T.)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPT0129A 18
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 15 x 20 cm (épr.)
descriptionAdresse de prise de vue : A.L.A.T. (Association lyonnaise d'Aquariophilie et de Terrariophilie), Maison Pour Tous, 14 place Grandclément, 69100 Villeurbanne.
historiqueComme nombre d'associations, l'A.L.A.T. (Association lyonnaise d'Aquariophilie et de Terrariophilie) est née... sur le zinc d'un café. Mais on imagine mal une pratique confortable de l'élevage des poissons et de reptiles dans des verres, même dans des chopes à bière ! Les aquariophiles se sont donc mis à la recherche d'une salle suffisamment spacieuse pour accueillir dans de bonnes conditions tout une faune exotique, nageante ou rampante. Nos amateurs éclairés se retrouvèrent dans une chapelle, mais leurs créatures du Bon Dieu n'y furent pas en odeur de sainteté. M. Biencourt, président de l'Association, se démena tant et si bien qu'il parvint à obtenir de M. Hernu des locaux enfin satisfaisants. Depuis huit ans, l'association occupe une partie du sous-sol de la Maison pour Tous, 14 place Grandclément. Sous une charpente voûtée, d'apparence presque médiévale, s'allongent des volumineux aquariums et terrariums, aux locataires variés, colorés, et il faut bien le dire, d'aspect un peu inquiétant pour les néophytes. Dans deux pièces aménagées avec soin, nos zoophiles, amateurs éclairés, reçoivent toutes sortes d'animaux délaissés par leurs propriétaires. En effet, les zoos mais également les particuliers, ne peuvent pas se permettre d'entretenir des animaux nécessitant des soins constants. L'A.L.A.T. se fait un plaisir de les suppléer. Ses galeries, véritables vivariums, sont séparées en deux parties. L'une accueille des poissons tropicaux ; murène voisine avec poissons chirurgiens et mérous et autres habitants des eaux douces ou salées, l'autre salle reçoit les reptiles. Un crocodile au sourire aiguisé, séparé de ses congénères moins imposants, jette à la dérobée des regards pleins de convoitise gastronomique... Source : "For a while, crocodile" / Thierry Rouge in Lyon Figaro, 6 novembre 1986, p.44.

Retour