[Fouilles archéologiques des Terreaux]

[Fouilles archéologiques des Terreaux]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPT0075C 05
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
historiquePour les archéologues, c'en est fini depuis le 27 mars 1992 du chapitre fouilles. La place des Terreaux est, comme convenu, remise à l'aménageur du futur parking et commence pour les archéologues un travail sans bottes ni truelles : l'exploitation des résultats, soit trois à quatre mois de recherches, de vérification des hypothèses. Sous les fenêtres de la mairie centrale, devant les échafaudages de Saint-Pierre, sous la neige (un peu), sous le soleil (beaucoup), dans le bruit (énormément) et les pieds dans l'eau pour ce qui est des dernières semaines : ils ont passé dix mois et remué la terre sur 3000 mètres par huit mètres de hauteur. La collecte est d'importance, faramineuse semble t-il même et propre à éclairer d'un jour nouveau la vie quotidienne à Lyon au XVIe siècle. Mais ce n'est pas tout. Le chantier des Terreaux promet de répondre à deux problématiques : l'étude des fortifications médiévales qui barraient la ville au Nord et l'abandon de cette fortification qui se transforme entre les deux remparts d'escarpe et de contrescarpe, en lieu d'activités diverses et en décharge publique. Le tout doublé d'une autre question : le fossé a t-il été en eau ? Et à quelle période ? Source : "Les archéos sont au rapport" / Sophie Bloch in Lyon Figaro, 28 mars 1992, p.46.

Retour