[Vestiges de la basilique funéraire...

[Vestiges de la basilique funéraire Saint-Laurent-de-Choulans]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPT0068 07
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 24 x 18 cm (épr.)
historiqueOssements humains, sarcophages et tombes maçonnées. Tout ça au grand jour. Charmant. Pour ceux qui apprécient le morbide, rien ne valait un petit tour du côté du quai Fulchiron, sous la grande verrière de l'immeuble Highway. Là où, depuis quelques semaines, des ouvriers travaillent à la mise en valeur d'un site archéologique, sous la tutelle du Musée gallo-romain. Là où, durant plusieurs années, les différentes campagnes de fouilles ont permis de mettre à jour la basilique funéraire et la nécropole Saint-Laurent-de-Choulans (fin du Ve et début du VIe siècles), bâties à une époque où il est de mode de se faire inhumer à proximité du tombeau d'un saint. A une époque où Lugdunum, plus connue aujourd'hui sous le nom de Lyon, concentre un nombre important d'édifices religieux. Les premières cathédrales sont en cours de construction. Tandis que les basiliques funéraires et les nécropoles fleurissent hors les murs de la ville. Celle de Saint-Laurent-de-Choulans notamment, église dans et autour de laquelle on dispose les sépultures, que l'on construit le long de la voie Narbonnaise, actuel quartier de la montée de Choulans. C'est cet édifice, de l'époque carolingienne, qu'Amable Audin, archéologue lyonnais, repère dans les années quarante, à la suite de la découverte dans l'impasse Saint-Clair-du-Port, d'un certain nombre de sarcophages. Source : "Une nécropole dans le circuit" / Séverine Meille in Lyon Figaro, 19 mars 1991, p.40.
note à l'exemplaireNégatif(s) sous la cote : FIGRP03580.

Retour