[Auberge du village de Thélis-la-Combe (Loire)]

[Auberge du village de Thélis-la-Combe (Loire)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPT0045 03
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
descriptionAdresse de prise de vue : L'Auberge de Chantal et Michel Chérault, 42220 Thélis-la-Combe.
historiqueUne auberge, dans un village de trois habitants, perdu dans le mont Pilat, à Thélis-la-Combe. Avec un four à pain d'où sortent tourtes, gigots, brioches et choux à la crème. On est reçu au coin du feu. "Au départ, nous sommes venus dans l'auberge en pensant que nous n'allions pas rester plus de six mois. Maintenant, cela fait huit ans que nous sommes là. Je ne crois pas que l'on pourrait reproduire ailleurs ce que nous avons créé à Thélis-la-Combe", explique Chantal Cherault de "L'Auberge du village" située entre Saint-Julien-Molin-Molette et Bourg-Argental. A quatre-vingt-dix kilomètres de Lyon. Dans l'auberge aux poutres apparentes et grandes tables en bois brut, Michel Chérault remet en marche le four à pain, installé à l'étage, avec l'aide d'un copain boulanger. En plus du traditionnel pain de campagne, il apprend à préparer dans ce four pommes de terre boulangères (ce qui fera le succès de la maison), tourtes, tartes, choux à la crème. Tout y passe... Même la viande et le poisson. Le four devient très vite "le coeur de la maison". La principale attraction qui fait se déplacer les habitants du mont Pilat chaque dimanche. Ils viennent se réchauffer auprès du feu de cheminée, après la messe, en profitent pour boire un petit coup de rouge et repartent chacun avec le pain de la semaine sous le bras. Source : "Autour du four à pain" / L.B. [Lucie Bourmaud] in Lyon Figaro, 12 mai 1990, p.58.
note à l'exemplairePhotographie reproduite in Lyon Figaro, 12 mai 1990, p.58.
note bibliographiquePhotographie reproduite in Lyon Figaro, 21 septembre 1991, p.48.

Retour