[Salon de l'automobile de Lyon (1991)]

[Salon de l'automobile de Lyon (1991)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRPT0283 04
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
historiqueHeureusement, il y a les Suisses, serait-on tenté de dire à l'ouverture de cette nouvelle édition du Salon international de l'auto de Lyon. Pour le spectacle et le rêve, en visionnaires, ils projettent l'image du véhicule de demain. Franco Sbarro, d'abord. Inévitable, sous le dôme d'Eurexpo, il exhibe ses réalisations et viendra en personne animer un débat à l'occasion de l'ouverture de son école. Arnold Wagner ensuite, pilote d'avion, instructeur de voltige aérienne et créateur de l'Ecomobile, machine hybride naviguant entre l'automobile, la moto et l'avion. Comme pour symboliser leur avance, les organisateurs du Salon les ont placés à l'entrée, à proximité des véhicules anciens et de collection, déjà entrés dans l'histoire de l'automobile où Sbarro et Wagner ont mis un pied. Derrière, c'est le déballage des carrosseries standards. Produits du marketing, de la PAO et de l'industrie réunis, objets de consommation, les automobiles de 1991 sont sagement posées sur la moquette grise et rouge. Quelques-unes tournent, s'ornent d'une hôtesse, la plupart étincellent sous la lumière artificielle, mais on est loin des décors de rêve, des voitures se démontant intégralement et automatiquement sous le regard des spectateurs médusés. La conjoncture a eu raison des fastes d'antan. La sobriété est de rigueur et les exposants ne cachent pas qu'ils sont là pour une chose: vendre. Source : "Des pneus sur la moquette" / C.D. [Christian Dybich] in Lyon Figaro, 4 octobre 1991, p.39-40.
note bibliographiquePhotographie reproduite in Lyon Figaro, 4 octobre 1991, p.40.

Retour