[Exposition-vente de véhicules de collections]

[Exposition-vente de véhicules de collections]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRPT0272 16
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 12,5 x 17,5 cm (épr.)
historiqueCurieux, collectionneurs ou professionnels de la mécanique, l'Hôtel des Ventes des Brotteaux devrait connaître l'affluence. Outre l'ensemble du Team Ecureuil, une cinquantaine de véhicules de collection, précollection, haut de gamme et tout terrains seront vendus aux enchères. Parmi eux, quelques pièces rares comme une Rolls Royce Silver Shadow I 1979, une Excalibur Roadster cabriolet 1977, une Maserati Indy 1972, une Aston Martin Lagonda 1983 ou une Jaguar 3,9 l. Les amateurs de quatre-roues pourront encore se déchaîner lors de la mise en vente de Bentley, Porsche, Corvette, Pontiac, Lincoln, Mercedes... Des Ferrari seront aussi exposées lors de cette vente aux enchères. Plusieurs modèles devraient trouver acquéreur à des prix prohibitifs. "Ce sera la première fois, en France, que seront présentées autant de Ferrari à la vente", précise Maître Anaf. "Il y en aura seize au total. Les propriétaires sont presque exclusivement des particuliers qui spéculent sur les véhicules, en les revendant quelques mois ou quelques années après les avoir achetés". Cette année, treize Ferrari ont été vendues par Mes Boscher-Studer-Fromentin, à Paris. Les enchères sont montées jusqu'à 950.000 francs pour une 328 GTS rouge (1989). Les autres, pour la plupart des 308 GTSI et 328 GTB sont parties pour des sommes comprises entre 410.000 et 800.000 francs. A Lyon, le 15 novembre 1989 au soir, ce sont les deux Testarossa 1988 qui devraient tenir la vedette. Elles sont estimées entre 1.400.000 et 1.600.000 francs. Mais d'autres véhicules de moyenne gamme, à des prix plus abordables sont aussi fréquemment vendus aux enchères. "Contrairement à une idée reçue, les garagistes Ile représentent que 5% des acheteurs dans ces ventes", confie Maître Anaf. "Pour la plupart, il s'agit de particuliers qui peuvent trouver des véhicules vendus 30 ou 40% en-dessous de l'Argus". Source : "Occasion en or massif" / P.A. [Pascal Auclair] in Lyon Figaro, 15 novembre 1989, p.44.
note bibliographiquePhotographie reproduite in Lyon Figaro, 15 novembre 1989, p.44.

Retour