[Marquage des chevaux de l'Escadron de Saumur au Parc de...

[Marquage des chevaux de l'Escadron de Saumur au Parc de Miribel-Jonage]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRPT0150 06
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
historiqueUn petit éleveur de chevaux des Monts du Lyonnais, Jean-Claude Janin-Thivos, part en guerre contre la nouvelle réglementation applicable aux chevaux de concours suivant la filière classique. Depuis le début de l'année 1992, l'administration des Haras nationaux rend obligatoire le marquage au fer rouge de tous ces chevaux, une mesure "barbare et dépassée" aux yeux de cet éleveur, bien décidé à faire circuler des pétitions sur tout le territoire français. Jean-Claude Janin-Thivos a alerté le Centre d'hébergement des équidés martyrs, la Ligue de protection du cheval, Brigitte Bardot, mais rien n'y fait... Pourtant, il n'est pas isolé dans son combat, de nombreux cavaliers et courtiers en chevaux s'élèvent eux aussi contre cette "pratique cruelle, indigne de tout homme de cheval". Dans ce concert de protestations, les syndicats officiels restent très mesurés et n'hésitent pas à parler de faux-procès. Primo, cette technique de marquage ne serait pas si douloureuse qu'on veut bien le dire et elle est appliquée depuis des lustres sur le sol camarguais ou ibérique. "Il faut surtout dire que c'est nous, les éleveurs, qui avons demandé cette mesure au ministère de l'Agriculture, voilà des années que nous nous battions pour permettre d'identifier de façon indélébile nos meilleurs chevaux", explique ainsi Roger Riche, membre de la commission nationale de la Fédération française des syndicats d'éleveurs des chevaux de selle (FEDEL). Source : "Les éleveurs très à cheval sur le marquage" / Pierre Perret in Lyon Figaro, 13 mars 1992, p.5.

Retour