[Campagne pour les élections cantonales de 1994. Soutien...

droits Creative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisation Bibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTP2507A 02
technique 1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
historique Le 4 mars 1993, Alain Juppé était à Lyon. Pour soutenir les candidats de l'union RPR-UDF. Et plus particulièrement celui du mouvement gaulliste dans la 2e circonscription, Alain Mérieux.
historique En une journée, Alain Juppé, secrétaire général du RPR, aura réussi à quadriller le département du Rhône. Venu soutenir les candidats de l'union RPR-UDF du département, il aura réussi à couvrir à coup de sauts de puce six circonscriptions. Un déjeuner avec les chefs d'entreprise et les élus à Chaponnay (11e circonscription), une rencontre, à Vénissieux, avec des jeunes beurs de l'association France-Plus (14e circonscription), un entretien de presse dans la 1re circonscription, une dédicace de son dernier livre à Charbonnières (10e circonscription), avant le meeting du palais des Congrès qui se situe sur la circonscription de Raymond Barre. A quoi il faut ajouter une visite de terrain à la Croix-Rousse, les terres de la 2e circonscription. Les ténors du RPR se succèdent auprès d'Alain Mérieux, dans sa campagne législative contre Michel Noir. Après Philippe Séguin et Charles Pasqua, c'est Alain Juppé, le secrétaire national du RPR, qui est venu donner un coup de pouce à son candidat. A la Croix-Rousse, dans le fief de Michel Noir. Pour guider la visite, Marie-Françoise Frobert, qui connaît bien le quartier. Elle en est la conseillère générale. Elle tape aux portes du HLM du Clos-Jouve. On la reconnaît. "C'est Alain Juppé et le docteur Mérieux qui viennent vous dire un petit bonjour !". "Ça me rappelle la campagne de 1982. Je faisais la même chose, mais pour Noir. Et on a gagné. A l'époque, il avait besoin de nous. Mais je ne regrette rien", confie-t-elle. Dans ces HLM du Plateau, à cinq heures de l'après-midi, les portes s'ouvrent timidement : "Je vous reconnais, je vous ai déjà vu à la télé, mais je ne fais pas de politique", explique une grand-mère à Alain Mérieux. Alain Juppé insiste : "Mais il faut voter, on a besoin de changement. Quand il sera député, on va travailler ensemble". Un peu plus haut, le patron de l'Institut Mérieux retrouve un retraité de Rhône-Poulenc et échange de vieux souvenirs. En bas de l'immeuble, c'est une dame qui l'accoste : "Moi, je suis décidée à voter pour vous. Mais il faut donner du travail à nos jeunes". "J'ai toujours eu avec Alain Mérieux des atomes crochus", expliquera un peu plus tard le secrétaire général du RPR, au cours d'un entretien de presse. Une réunion à laquelle assistait, outre Jean Besson et Alain Mérieux, Marie-Thérèse Geffroy, maire du 5e arrondissement. Alain Juppé a rapidement balayé d'un revers de main le problème des socialistes, jugeant que la situation était suffisamment connue pour qu'elle vaille la peine d'être développée. Mais à la faveur des échanges qu'il a eus au cours de la journée, le secrétaire général du RPR a rappelé les priorités pour la future majorité : la lutte contre le chômage et la cohésion sociale : "Il faut écarter ce qui peut diviser pour aller vers ce qui rassemble et transformer la déroute des socialistes en un grand élan". L'occasion également pour Alain Juppé de répondre indirectement à Michel Noir qui reproche à Jacques Chirac et aux instances parisiennes du RPR depuis le début de la campagne d'avoir imposé Alain Mérieux comme candidat : "Moi, je sais la vérité, nous avons entériné le choix des Lyonnais", s'est-il contenté de commenter, attribuant les propos du maire de Lyon à de "l'amertume ou de l'énervement électoral". Et soufflant dans l'oreille d'Alain Mérieux qui expliquait qu'il a l'habitude de prendre seul ses décisions : "C'est vrai que tu es un peu cabochard". Alain Juppé a poursuivi en rappelant l'enjeu de cette élection : "On ne vote pas seulement pour des individus, mais on fait le choix d'une majorité future". Une manière de montrer sa défiance à l'égard de l'attitude adoptée par le maire de Lyon dans la course au palais Bourbon à l'intention duquel il a également affirmé "quand on veut le soutien d'une formation politique, on y reste à l'intérieur". Sources : "Juppé et Mérieux à la Croix-Rousse" / C.L. [Catherine Lagrange] et F.P. [Frédéric Poignard] in Lyon Figaro, 5 mars 1993, p.5.
note à l'exemplaire Négatif(s) sous la cote : FIGRP05926.

Retour