[Casino de Charbonnières (Rhône)]

[Casino de Charbonnières (Rhône)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0707 CRDP R00307
technique1 photographie positive : diapositive couleur ; 24 x 36 mm
descriptionVue générale des bâtiment (façade latérale gauche). Adresse : Casino de Charbonnière, puis Casino Le Lyon Vert,. 200, avenue du Casino, 69890 La Tour-de-Salvagny.
historiqueEn 1873, M. de Lacroix-Laval vendit à MM. Lucien et Félix Mangini en vue de la construction du chemin de fer de Lyon à Montbrison, une propriété sur laquelle est située la source thermale, comprenant également une partie boisée s'étendant derrière celle-ci. Une fois la ligne construite, en 1881, les frères Mangini revendirent sans bénéfice, les terrains non utilisés à Joseph-Eugène Grenier, ingénieur d'origine belge, directeur de la Société anonyme des ateliers et chantiers de construction du Rhône (Etablissement Chevalier-Grenier, les Forges et Chantiers du Rhône). Dès 1881, Joseph-Eugène Grenier entreprit de construire un casino pour la distraction des curistes, et de l'implanter au. dessus de la source Marsonnat, à l'entrée des bois. L'ouverture officielle du casino, dénommé alors "Casino Kursaal" - mot allemand signifiant « salle de cure" et par extension "casino" -, eut lieu le 11 juin 1882, tandis que le salon de jeux fut inauguré le dimanche 2 juillet suivant. Outre les jeux, des attractions diverses étaient proposées à la clientèle : "parc, jardins, musique, gymnase, grand skating-rink, armes, tir, laiterie, ânes pour excursions" ; Grenier avait même organisé une "exposition permanente des arts industriels", sans doute pour faire connaître la société des Forges et Chantiers du Rhône. Malheureusement l'exploitation de l'établissement se montra difficile dans ses premières années. En 1883, on signale la liquidation Grenier (A.D.R., 4M 463), le casino étant grevé de 600.000 F d'hypothèques. Mis en vente en 1884, à la demande d'un créancier, il fut réouvert en juin de la même année. Appelé alors improprement le "Casino de Charbonnières", il connut un grand succès auprès des Lyonnais, et fut un lieu à la mode où se retrouvait une société élégante. Le casino devint un sujet de différend entre les deux communes. Finalement en 1984, les municipalités de La Tour-de-Salvagny et de Charbonnières se sont groupées en Syndicat intercommunal pour la représentation des intérêts de la station, fixant son siège à la mairie de La Tour-de-Salvagny (arrêté préfectoral no.2199-84, 19 décembre 1984). En septembre 1988, l'établissement a pris l'appellation commerciale "Casino le Lyon Vert".
note bibliographiqueLa Tour-de-Salvagny [Livre] / Département du Rhône, 1993, p.78-82 [BM Lyon, 6900 Z TOU].

Retour