[Quartier Saint-Pierre (ZAC Michel-Berthet)]

[Quartier Saint-Pierre (ZAC Michel-Berthet)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTL0268 03
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 15 x 20 cm (épr.)
historiqueDepuis plusieurs années, Rhône-Poulenc a décidé de s'occuper sérieusement des friches industrielles, fruits de divers désengagements de la société. A Lyon, en plein quartier urbain, le grand projet de la ZAC privée Saint-Pierre, sur les lieux de l'ancienne usine Rhodiaceta, est lancé.
historiqueC'est en 1983 que les responsable de Rhône-Poulenc, propriétaires en France d'un patrimoine foncier impressionnant, ont commencé à réfléchir sur ce qu'il pouvaient faire à la place du site de l'ancienne Rhodiaceta à Vaise, appelé communément quartier Berthet. Depuis le début de [1987], on y voit plus clair. depuis [le 15 juin 1987], il ne faut plus appeler de cette façon ce coin de ville un peu perdu derrière les chutes occidentales de Fourvière. Son nouveau nom est quartier Saint-Pierre, il s'inscrit fièrement "dans le concert des grands projets d'aménagement des années 1990", affirmaient en choeur André Soulier, premier adjoint au maire de Lyon, et Jacques Moulinier, adjoint à l'urbanisme. Pour une fois, ce dernier n'est pas tombé dans la réflexion courante, entendue de toutes parts depuis des mois et des mois : "Lyon, ville internationale". Ce coup-ci, Jacques Moulinier a judicieusement parlé de Lyon comme "une grande ville de l'intérieur". Belle image et profondément juste quand on songe aux objectifs poursuivis dans cette opération du quartier Saint-Pierre. Il y a bien sûr tous les investissements immobiliers, bureaux et logements, on parle de 600 millions de francs pour l'ensemble de l'opération. Mais il y a, surtout, la nécessité de sortir tout un bloc de la ville de l'engourdissement, dû à quatre-vingt dix ans d'industrialisation forcenée. Rattaché à la ville par la station de métro Gorge-de-Loup et par une maille verte qui glissera jusqu'à la mairie du neuvième arrondissement, Saint-Pierre sera bâti et oubliera le passé. Charles Lambert, du cabinet d'urbanistes Babylone, a été très clair quand il a expliqué sa manière de régler le problème des friches industrielles à Vaise : "Il faut détruire parce qu'il est impossible d'adapter ces longs bâtiments au nouvel environnement du quartier". Pour la Rhodiaceta, c'est fait, il ne reste plus rien. Reste à savoir si le nouveau décor répondra à la volonté de tous les responsables d'en faire un "véritable second centre de la ville de Lyon". Source : "Saint-Pierre tire une croix sur le passé de Berthet" in Lyon Figaro, 16 juin 1987, p.9.
note bibliographique"Rhône-Poulenc aménage ses friches" / Isabelle Hernette in Lyon Figaro (cahier saumon), Lyon Figaro, 16 juin 1987, p.19.

Retour