7, rue des Marronniers

7, rue des Marronniers
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0979 004 00181
technique1 photographie numérique : couleur
descriptionInscription(s) sur l'image : "La Nation / garantit l'égal accès / de l'enfant et de l'adulte / à l'instruction, / à la formation / professionnelle et à la culture. / Préambule de la Constitution / de la République Française / 27 octobre 1946" ; "Cette adresse du 7 rue des Marronniers à Lyon / fait triplement écho au texte constitutionnel / - toujours en vigueur - reproduit ci-dessus. / C'est là en effet que : / de 1867 à 1895 la Société d'enseignement / professionnel du Rhône (SEPR), / fondée en 1864, / a établi son siège, continuant à y délivrer des / enseignements jusqu'en 1978 ; / le 19 septembre 1944, à l'initiative d'André / Philip, a été créée la République des jeunes / devenue en 1948 la Fédération. française des / maisons des jeunes et de la culture (MJC) ; / depuis 1985, le Théâtre des Marronniers / propose une programmation fondée sur un théâtre / d'auteur et d'acteur. / « Promouvoir [...] la possibilité effective / pour tous les enfants français de bénéficier / de l'instruction et d'accéder à la cultnre la / plus développée, quelle que soit la situation / de fortune de leurs parents, afin que [...] / soit ainsi promue une élite véritable, non de / naissance mais de mérite, et constamment / renouvelée par les apports populaires. / Conseil national de la Résistance / 15 mars 1944. / SEPR - Société d'enseignement professionnel du Rhône / Fédération régionale 'Les MJC en Rhône-Alpes' / Théâtre des Marronniers de Lyon / 19 septembre 2014" (plaque mémorielle).
historiqueLa Société d'enseignement professionnel (SEPR) est un centre de formation professionnelle qui n'a cessé de se développer depuis sa création en 1846 et qui accueille aujourd'hui environ 3500 élèves, (apprentis ou stagiaires) par an au sein de 110 programmes de formation. Reconnue d'utilité publique en 1879, elle s'adresse principalement aux jeunes de 16 à 25 ans mais s'adapte aussi aux adultes dans le cadre de la formation continue. Son créateur est François Barthélémy Arlès (1797-1872), dit Arlès-Dufour. Autodidacte, il dirige la succursale lyonnaise de la société de son beau-père et va se révéler un industriel particulièrement entreprenant. Actif au sein Je la chambre de commerce où il est élu en 1832, Arlès-Dufour va ainsi jouer un rôle important dans l'organisation du chemin de fer Paris-Lyon ou la création du Crédit Lyonnais avec Henri Germain (1824-1905). Humaniste, il fonde la Ligue internationale et permanente de la paix avec Emile de Girardin et Frédéric Passy. Arlès-Dufour se passionne également pour l'enseignement et crée l'Ecole centrale de Lyon puis, inspiré par les idéaux du saint-simonisme, la Société d'enseignement professionnel du Rhône dont Henri Germain va être le premier président.
historiqueLa République des jeunes. - Dès son installation après la défaite de 1940, le gouvernement de Vichy met en place, dans l'esprit de sa révolution nationale, une politique d'encadrement de la jeunesse. Celle-ci s'appuie sur trois dispositifs, les chantiers de jeunesse, les écoles de cadres et les maisons de jeunes. Ces dernières vont prendre des distances avec Vichy et son secrétariat général à la Jeunesse dès 1943 pour souvent se rapprocher des mouvements de la Résistance. A la Libération, l'action d'André Philip (1902-1970), commissaire national de l'Intérieur auprès du général De Gaulle à Londres, va être déterminante. Ayant étudié les mouvements de la jeunesse de la Résistance et la question de la transformation des maisons de jeunes de Vichy, il lance en 1944 la création de la République des jeunes. La première réunion a lieu à Lyon le 4 octobre 1944 et elle rassemble des représentants des mouvements de jeunesse (Auberges de Jeunesse, Eclaireurs de France) et des mouvements de résistance (Forces Unies de la Jeunesse Patriotique) auxquels s'adjoindront les Jeunesses socialistes, l'Union de la Jeunesse républicaine de France, la Ligue de l'Enseignement, le syndicat national des instituteurs, l'association catholique de la jeunesse française et les scouts de France. Le but est de rapprocher ces diverses organisations et de leur apporter des moyens d'action, tout en accueillant des jeunes inorganisés. Mais des dissensions apparaissent dès 1945 et la République des Jeunes doit alors se transformer radicalement sous la direction du nouveau délégué général Albert Léger. Il modifie les structures et élabore les statuts types d'une MJC, le mot "Culture" ayant été ajouté au vocable "Maison des Jeunes" pour ouvrir les nouvelles maisons au-delà des jeunes. L'assemblée générale constitutive de la Fédération Française des Maisons de Jeunes et de la Culture se tient à Saint-Cloud le 15 janvier 1948.
historiqueLe Théâtre des Marronniers est installé au coeur même de la presqu'île dans cette rue des Marronniers qui vit aussi Roger Planchon puis Marcel Maréchal commencer les carrières prestigieuses que l'on connaît. Il bénéficie de la participation de la Ville de Lyon et de la Région Rhône-Alpes ainsi que du concours du Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Rhône-Alpes) et est également soutenu par la Métropole de Lyon. Fondé en 1985 par Daniel Claude Poyet, le Théâtre des Marronniers accompagne des créations théâtrales de compagnies émergentes ou confirmées et est dirigé depuis 1991 par Yves Pignard. Depuis son ouverture, le Théâtre des Marronniers a proposé en 30 saisons, 245 créations originales qui ont fait l'objet de 2849 représentations devant plus de 111.000 spectateurs. La taille réduite de sa salle en fait un lieu intime et chaleureux où les rapports public-acteurs sont privilégiés.
note bibliographiqueLes plaques commémoratives racontent Lyon / Jean-Marc Mourier et Michel Morandet, 2017 [BM de Lyon, 6900 Z0 MOU]. - Arlès-Dufour (1797-1872) : du Canal de Suez à l'Ecole Centrale de Lyon : le parcours exceptionnel d'un soyeux lyonnais / Jacques Canton-Debat et Maurice Ferdinand, 2007 [BM de Lyon, 6900 N ARL].

Retour