[8e Salon Epoqu'Auto (1986)]

[8e Salon Epoqu'Auto (1986)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPT0351 08
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 15 x 20 cm (épr.)
descriptionAdresse de prise de vue : Palais des Sports de Lyon, 350, avenue Jean-Jaurès, Lyon 7e.
historiqueLe huitième salon des automobiles anciennes qui s'est tenu le 27-28 septembre 1986 au Palais des sports de Gerland a remporté un vif succès. Et démontré, une fois de plus, l'intérêt des Lyonnais pour ces machines rétro. Deux jours d'une grande fête de l'auto-rétro au Palais des Sports de Lyon-Gerland. Et de nombreux visiteurs pour ce salon Epoqu'auto que l'on doit à l'association des amateurs d'automobiles anciennes. Au programme, plus de soixante véhicules étaient présentés en exposition ou à la vente. Parmi lesquels, de nombreuses marques prestigieuses : Panhard et Levassor, Hotchkiss, Talbot, Packard... Et des joyaux, telle que la Torpédo quatre places Cottin Desgouttes de 1924 ou plus ancienne et plus fameuse la Ford T Runabout de 1914. Autant de noms qui ont dû faire rêver les collectionneurs de tout crin. Venus nombreux, les plus acharnés et fortunés se sont vus donner l'occasion de réaliser des achats qui sortent quelque peu du quotidien : une B 12 Citroën était ainsi "offerte" pour cinq mille francs. Un prix d'ami pour les passionnés de mécanique et de restauration de véhicules d'époque. En meilleur état, mais plus chères, on pouvait acquérir des modèles plus récents, mais non moins prestigieux, telle qu'une Panhard 24 BT (25.000 francs) ou une Ferrari 308 GT 4 de 1976. Loin des affaires, les amateurs de berlines anciennes ont surtout pu découvrir de nombreux modèles. Pour le plaisir des yeux et la joie que procure le spectacle de lignes parfaites. La doyenne du salon était une Lacroix de la ville, tricycle qui date de 1905 et que l'on surnomme parfois "queue de vache". Un nom qui détruit un peu l'esthétique de l'objet. Plus récente, une mustang de 1968 offrait ses courbes légendaires au regard fasciné de quelques amoureux. Enfin, fleur des fleurs qui venait enchanter un lieu déjà paradisiaque, une authentique pièce de collection, une 4 CV Renault aux chromes rutilants. Trois énigmes, une question subsidiaire et l'un des visiteurs du salon avait la chance, s'il répondait correctement à ces quelques questions, de gagner celle qui fit la gloire de la firme française de l'après-guerre. Un cadeau enviable, des collectionneurs repus, des restaurateurs qui ont pu repartir les bras chargés des pièces qui leur faisaient défaut pour achever leur travail, Epoqu'auto a su satisfaire ceux que ces belles d'antan font toujours frémir d'émotion. Source : "Salon dans le rétro" in Lyon Figaro, 20 septembre 1986, p.7.
note bibliographique"Berlines des années 20 pour amoureux d'ailes" / M.P. in Lyon Matin, 28 septembre 1986.

Retour