[ZAC des Clochettes à Saint-Fons]

[ZAC des Clochettes à Saint-Fons]

droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPT2941 02
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 20 x 15 cm (épr.)
historiqueEn chantier depuis plusieurs années, la ZAC (zone d'aménagement concerté) des Clochettes à Saint-Fons approche du but final. Avec, en filigrane, un double objectif : promouvoir la maison individuelle dans les banlieues et l'acier dans les constructions.
historiqueLa ville de Saint-Fons, c'est tout simple ! On ne sait jamais quand on y arrive, ni comment, mais à chaque fois c'est assuré, au sud de Lyon on découvre à un moment ou à un autre, la pancarte, la mairie ou n'importe quoi d'autre de Saint-Fons. Cette cité ouvrière que l'on croit longeant le Rhône, écrasée qu'elle est par la haute Vénissieux et l'asphyxiée autoroute A7, a pourtant quelques atouts en main. Et parmi eux, la vue n'est pas le moindre. Sur la route de Vienne, une ZAC est en perpétuel mouvement depuis quelques années déjà. Et dans cette partie de Saint-Fons un peu excentrée (désolidarisée ?), appelée Les Clochettes, on retrouve un peu de toutes les marques de l'urbanisme dans sa période de crise existentialiste : basses barres de béton gris, préfabriqués vieillis, école ouverte, et depuis quelques temps une politique de construction de maisons individuelles. Du bon et du moins bon, c'est certain. La maison individuelle appartient à la première catégorie, si on considère l'attachement toujours croissant des Français à leur un petit chez soi. Sur l'un des monts qui met la plaine de Feyzin aux pieds des Saints Foniards, à l'extrémité sud de la ZAC des clochettes, un petit coin, nommé Les Semeurs, avec trente trois maisons individuelles. Quatorze d'entre elles finissent ces jours-ci de sortir de terre. L'opération est intéressante par la situation géographique de ces logements. Situés dans un carré défini par les rues du Ventoux, d'Avignon et de la Jachère, avec tout un côté occupé par d'autres maisons, ils offrent une vue dégagée de Lyon, embrumé par un premier plan désolé de chemin de fer, d'asphalte, de terrain vague. En bref, le quotidien gris de la banlieue. Autre originalité de cette opération qui ne craint pas le pari d'arranger la dite banlieue, les partenaires de l'opération, favorables à une politique technique capable de réactiver et de moderniser les professions du bâtiment. Le maître d'ouvrage est l'OPAC du Rhône, premier constructeur de logements sociaux de la région. Le maître d'oeuvre ARCHIGROUP. On remarquera pourtant l'entreprise qui construit, Acier Béton Construction du groupe CGE, qui travaille pour la première fois en entreprise générale. La réapparition de l'acier dans la construction vient d'une volonté vieille de trois ans. "Les Semeurs" constitue le premier de trois projets en voie d'achèvement. Maurice Villeneuve, ancien directeur général de l'OPAC, devenu président de l'association Acier-Logement, demanda à ses services de mettre à l'étude trois projets sur la filière acier dans le logement. Deux autres sont en chantier à Bron et à Gleizé. Pour M. Oriot d'Acier Béton Construction, "l'acier c'est la modernité. Vous n'avez qu'à regarder ce qui se passe au Japon ou aux Etats-Unis, la plupart des constructeurs font avec l'acier. Techniquement, c'est très supérieur aux autres matériaux, on travaille avec une précision au millimètre." Et ce responsable de faire une comparaison avec les autres maisons individuelles de la ZAC des Clochettes, "elles sont plus traditionnelles, elles coûtent plus cher, elles sont moins grandes et elles sont en accession à la propriété". M. Oriot n'est pas loin de dire qu'elles sont aussi moins belles. Quant à nous, nous ne ferons aucune remarque d'ordre d'esthétique sur Les Semeurs. Bénéficiant du prêt locatif aidé (PLA), elles restent sans originalité architecturale. Source : "L'acier dans les clochettes" in Lyon Figaro, 6 octobre 1987, p.9.

Retour