[Fête des lumières (1994)]

[Fête des lumières (1994)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTL0187 07
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
historiqueFête de tradition, le 8 décembre a offert son lot de lumières et d'animations dans tous les quartiers de la ville. Flambeaux, pyrotechnie, lampions, lumignons étaient au rendez-vous. Clou de la fête, la place des Terreaux, après plusieurs années de travaux, a été rendue aux Lyonnais. Qui ont pu découvrir ses soixante-neuf fontaines illuminées. Autour des jets d'eau encore timides, les badauds étaient déjà nombreux à se presser sur l'esplanade enfin libérée. Mais pour découvrir la totalité des effets combinés de l'eau et de la lumière, il faudra attendre le 20 décembre, jour de l'inauguration officielle de la place.
historiqueDepuis un siècle et demi maintenant, les Lyonnais ont rendez-vous avec leur ville le 8 décembre. En 1852, ils avaient en effet allumé spontanément des lumignons pour fêter la nouvelle statue de la Vierge Marie, inaugurée avec quatre mois de retard en raison d'une crue de la Saône. Une coutume réservée jusqu'alors pour les jours de victoire ou de visite royale. Ces petites lumières faisait écho au grand feu de Bengale tiré en l'honneur de l'Immaculée-Conception. Au fil des années, la tradition s'est perpétuée. Et les Lyonnais enfilent en cette fin d'automne leur manteau et leurs gants pour participer à la traditionnelle montée aux lumières, précédée à 18h15 par les vêpres du 8 décembre à Saint-Jean. L'ascension vers Notre-Dame de Fourvière débutera à 20 heures. A 21 heures, une messe animée par l'Institut de musique sacrée de Lyon aura lieu à la basilique. Mais, parallèlement à ces célébrations religieuses, le 8 décembre est devenu une grande fête populaire, orchestrée par la Ville de Lyon et divers partenaires. Une soirée de liesse, prétexte à de nombreuses animations disséminées dans tous les quartiers de la ville. Ce 8 décembre fêtera l'eau, l'art et la lumière. Parfaite illustration du thème choisi, la place des Terreaux sera finalement livrée partiellement au public pour l'occasion. Ses soixante-neuf fontaines éclairées fonctionneront en jaillissement fixe, à une hauteur de 50 centimètres environ. Pour fêter l'événement, jonglage, café-théâtre, orgues de Barbarie, spectacle de flamenco et de claquettes envahiront la place. En raison de problèmes techniques et de délais de livraison non respectés, l'intégrale complexité des jeux d'eau ne sera visible que lors de l'inauguration officielle, prévue avant la fin de l'année. Pour les amoureux des flots, la Compagnie des orgues aquatiques propose, place Maréchal-Lyautey dans le 6e arrondissement, un spectacle d'''Eaux féériques" à 20h30. Des milliers de litres d'eau, propulsés dans les airs, danseront au son de la musique durant quarante minutes. La Saône sera également le théâtre d'un ballet de lanternes flottantes, dessinées par Speedy Graphito, le Lyonnais Patrice Giorda, Jean-Philippe Aubanel, Jérôme Mesnager et Jacques Truphémus. L'opération "Parole d'Amour" avait remporté un vif succès en 1993 : 5000 lanternes biodégradables avaient été achetées 10 francs et mises à l'eau depuis le pont Maréchal-Juin. Les promeneurs pouvaient y inscrire des messages. L'intégralité des bénéfices de la vente des dix mille lanternes proposées cette année sera versée à une action de solidarité pour les enfants. L'humanitaire a droit en effet de cité depuis quelques années pour cette fête du 8 décembre. Des lumignons d'Equilibre à l'opération nouvelle des Décos du coeur, au profit des Restos du coeur, qui verra pour l'occasion la réouverture de la Galerie des Terreaux. Enfin, ce 8 décembre est l'occasion pour la Ville de Lyon de faire sortir de l'ombre quelques édifices supplémentaires. Dans le cadre du plan Lumière, conçu il y a une dizaine d'années, quatre-vingts sites avaient été choisis afin de mettre en valeur la ville la nuit, par le biais d'un éclairage savant des mairies, des forts militaires, des fontaines, mais aussi des pylônes de la piscine du Rhône. Cette année, c'est au tour du théâtre des Célestins, de la rue Edouard-Herriot, de la mairie du cinquième et d'une partie de l'île Barbe de se parer de lumière. Les ponts SNCF du 9e arrondissement feront également l'objet d'un surlignement. Forte de son expérience, la Ville de Lyon a d'ailleurs réalisé en octobre, avec le concours de nombreuses entreprises, la mise en valeur des façades du musée de l'Hermitage à Saint-Petersbourg. C'est cette opération, que l'exposition de l'Atrium de l'Hôtel de Ville se propose de faire revivre aux Lyonnais jusqu'au 30 décembre. L'ancien palais des tsars est le premier des 130 sites qui devraient progressivement être illuminés dans la ville russe d'ici à quinze ans. Lyon a montré l'exemple. La fête du 8 décembre 1994 célèbre bien l'eau, l'art et la lumière... Source : "Eau, art et lumières" / Agnès Benoist in Lyon Figaro, 8 décembre 1994, p.1.
note à l'exemplaireNégatif(s) sous la cote : FIGRP07196.

Retour