[Campagne pour les élections municipales de 1989....

[Campagne pour les élections municipales de 1989. Conférence de presse pour la candidature de Michel Noir]

droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTP2795 06
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 20 x 15 cm (épr.)
historiqueUne décision comme celle-là, ça s'arrose! Et Michel Noir avait bien fait les choses. Pour accueillir une foule de journalistes assoiffés (de vérité, bien sûr), l'ancien éventuel challenger de Francisque Collomb avait mis les petits plats dans les grands. Ou plutôt les petits fours dans les assiettes et les bouteilles de champagne bien au frais dans des seaux étincelants. Le salon "Beaujeu", situé au huitième étage de l'hôtel Sofitel s'apprêtait à vivre un moment historique. Et avait pour l'occasion revêtu une tenue d'apparat. Un immense drapeau rouge d'où émerge un Lyon rugissant, et qui en cette fin d'après midi d'hiver se serait bien endormi sur un soleil couchant qui avait choisi d'inonder la ville de sa lumière safran. Peine perdue. "Tout le monde est là ?", questionne le chef de cabinet. 17h30, il fait son entrée. Costume croisé, impeccable. Sur la table revêtue d'une nappe bleue la forêt de micros sent passer comme un frisson. Le lion de la Croix-rousse sort ses griffes. les flashes crépitent. Derrière l'ancien ministre, Jacques Oudot. Le vice-président du conseil régional, chargé de la culture, joue les garde du corps. Large sourire. Normal, c'est le seul élu convié à la fête. Arrive aussi, discrète, Danièle Noir. Celle qu'on annonce déjà comme tête de liste dans le premier arrondissement. L'épouse est venue soutenir l'époux dans cette dure épreuve. Quand le soldat part à la guerre... Elle cherche une place. Pas facile de trouver une chaise vide. Coincée entre deux carnets de notes elle dévore les paroles de son mari. "J'ai décidé d'offrir cette liberté de choix aux lyonnaises et aux lyonnais, en présentant ma candidature". Les flashes redoublent d'intensité, les stylos fument. Les objectifs se remplissent d'images qui espèrent faire date dans l'histoire de Lyon. Installés prés du salon, deux téléphones sont pris d'assaut. "Mesdames, messieurs, je vous remercie". Comme il était venu il s'en va. Sans commentaire. L'annonce faite aux Lyonnais a vécu. D'autres histoires les attendent. Les journalistes témoins de l'événement, aussi, tournent les talons. Direction la mairie du troisième arrondissement où le maire de Lyon, accompagné de Raymond Barre, doit participer à une cérémonie de voeux pas tout a fait comme les autres. Laissant derrière eux petits fours et champagne qui avaient sans doute rêvé d'un autre succès. Source : Lyon Matin, 10 janvier 1989.
note bibliographiqueLyon Figaro, 10 janvier 1989, p.1-3.

Retour