[2e Festival Berlioz (1980)]

[2e Festival Berlioz (1980)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0901 FIGRPTP1172C 01
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 15 x 12 cm (épr.)
descriptionRenée et Francisque Collomb, à l'auditorium de Lyon, lors de la première intégrale des "Troyens" donné à Lyon dans le cadre du 2e Festival Berlioz. Adresse de prise de vue : Auditorium Maurice-Ravel, 149, rue Garibaldi, Lyon 3e.
historiqueDès le deuxième soir, le festival Berlioz devait prendre de l'altitude avec cet événement que représente la première intégrale des "Troyens" en France. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, l'opéra testament de Berlioz n'avait en effet jamais été joué, sans coupure, dans sa patrie. il convient de noter que, pour réaliser cet exploit, Serge Baudo et Louis Erlo ont eu à affronter des conditions difficiles. L'Auditorium Maurice-Ravel n'est pas un théâtre : on n'y joue pas avec les décors, on ne fait pas sortir de coulisses, qui n'existent pas, des armées entières, à plus forte raison un cheval de Troie ! Le salut était donc dans une conception scénique proche de l'oratorio, bien éloignée de ce qu'avait imaginé Louis Erlo au Théâtre de Fourvière il y a une douzaine d'années, mais dont la concentration et le dépouillement, s'ils ne sont pas précisément berlioziens, permettent pourtant de scruter une partition mystérieuse entre toutes et déroutante encore aujourd'hui pour des oreilles habituées à Gounod, Rossini et Wagner. L'éblouissement de cet extraordinaire opéra retrouvé n'en a été que plus saisissante dans l'auditorium à l'acoustique transfigurée. La vibrante ovation d'un public passionné et conquis allait sans doute autant à l'orchestre de Lyon qu'aux choeurs admirables d'efficacité qu'à la réalisation et qu'à une distribution somptueuse dominée par la plus souveraine des Cassandre, Nadine Denize.
historiqueLe 18 septembre 1980, c'était à l'auditorium, la grande première de la prise de Troie, partie inaugurant les Troyens de Berlioz. Le plus grand événement musical de la rentrée rassemblait de nombreuses personnalités : le ministre de la Culture et de la Communication, Jean-Philippe Lecat, présidait cette brillante soirée, aux côtés du préfet de région, Olivier Philip, et du sénateur-maire de Lyon, Francisque Collomb, accompagnés de Me Joannès Ambre et Andre Mure, adjoints aux Affaires culturelles. On notait la présence de M. Bergeret, maire de la Côte-Saint-André, la ville natale du grand compositeur et de M. Jacques Chapentier, directeur de la musique auprès du ministère. Franco Musique, représentée par André Koering et Denis Lemerys, retransmettait en direct le chef-d'oeuvre trop Iongtemps oublié du grand musicien. M. Proton de la Chapelle était représenté ainsi que M. Bouloukian, l'un des 80 mécènes qui ont aidé le festival Berlioz, sans oublier Pierre Cochereau, organiste à Notre-Dame et président du Conservatoire national musique de Lyon. "Cette soirée est un grand triomphe, déclarait le maire de Lyon, car elle est le couronnement de beaucoup d'efforts et d'audace", M. Lecat, quant à lui, ne cachait pas son admiration : "Le festival Berlioz disait-il, bien que très jeune, puisqu'il n'a que deux ans, a désormais acquis une stature internationale ; je suis heureux qu'il ait pu réaliser l'ambitieux projet qu'est la représentation des Troyens. Aimant personnellement beaucoup Berlioz, je me réjouis de voir cette grande oeuvre sortir enfin de l'ombre." La retransmission en direct devait être retardée de dix minutes (le temps que la salle soit comble), alors qu'à l'entrée on refusait du monde. Les contraintes d'élégance du 1er Festival Berlioz avaient, cette fois-ci, été en partie abandonnées. Mais si les smokings étaient moins nombreux, les spectateurs n'en étaient pas moins des passionnes de la musique. La foule attendait, fébrile, l'orchestre qui n'arrivait pas. Enfin, les lumières s'éteignirent sur un décor lunaire, dépouillé. Et le public, attentif, vit se dresser, pathétique, la silhouette drapée de vert de Çassandre, la prothétesse inécoutée qui prédit la chute de Troie...
note à l'exemplairePhotographie issue des archives du Journal Rhône-Alpes.
note bibliographique"Le triomphe des Troyens à l'auditorium" / P.A. [Philippe Andriot] in Le Journal Rhône-Alpes, 19 septembre 1980.

Retour