[Passerelle de l'Homme de la Roche]

[Passerelle de l'Homme de la Roche]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTL0123 03
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 20 x 15 cm (épr.)
descriptionVue prise depuis le quai Pierre Scize, en direction du quai Saint-Vincent et de la rive gauche de la Saône.
historiqueAvec ses ponts et passerelles offrant de nombreux points de vue et ses façades bordières colorées de tons chauds et pastels, la Saône constitue un ensemble urbain particulier. C'est à partir du XVIIIe siècle et jusqu'au milieu du XIXe siècle que les bords de Saône ont fait l'objet d'aménagements conséquents, entamés par le déplacement du confluent plus au sud, à l'initiative de l'ingénieur Perrache : démolition des maisons, empierrement et surélévation des quais, construction des ponts, etc. Quant aux ponts de pierre, au nombre de 9 sur la Saône, alors que seul le pont de Saône - nommé plus tard pont du Change - enjambait la rivière au Moyen âge, ils ont connu de nombreux avatars au cours de leur histoire : emportés par les crues ou endommagés par les intempéries, reconstruits, tous incendiés ou dynamités (excepté le pont de l'Homme de la Roche) en septembre 1944 lors du retrait des troupes allemandes... et reconstruits dès la fin de la Seconde Guerre mondiale.
historiqueLa Passerelle de l'Homme de la Roche relie les quais Saint-Vincent et Pierre-Scize. A cet emplacement existait autrefois un pont construit en 1912. Seul pont à avoir échappé à la destruction systématique de septembre 1944, c'est aussi le plus court de la ville (94 mètres). Des problèmes de sécurité nécessitent cependant sa destruction. Il est remplacé en août-septembre 1986 par une passerelle temporaire à l'usage exclusif des piétons. Elle est toujours en place en 2015.

Retour