[Kargo Studios]

[Kargo Studios]

droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0901 FIGRPT0617A 01
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
descriptionDe gauche à droite, les collaborateurs des studios Kargo : Thierry Botella, chef décorateur qui a notamment conçu le décor de l'affiche de la Biennale de la danse 1992, en compagnie d'Henry Notturno.
historiqueOuverts en 1988, les studios Kargo, destinés aux photographes publicitaires, sont les mieux équipés de la région. En compléments, ils proposent les services d'une filiale spécialisée dans la conception de décors.
historiquePhotographe publicitaire de métier, Henry Nottumo s'est retrouvé un jour sans studio. Cela tout simplement parce qu'il venait de se séparer de ses associés. Après seize mois de galère, une opportunité s'est présentée à lui sous la forme d'une entreprise villeurbannaise qui quittait ses locaux implantés rue Racine. Dans un premier temps, il pensa y installer son studio. Mais la surface offerte était beaucoup trop vaste pour les besoins d'un seul professionnel. D'où l'idée de monter une société de prestation de services spécialisée dans l'assistance technique visuelle. Kargo Studios est ainsi né début 1988. Deux millions de francs ont été investis au départ alors que différents aménagements réalisés ultérieurement ont représenté un investissement complémentaire d'environ 1,5 million en cinq ans. Le résultat, c'est sept studios de cinquante à trois cents mètres carrés entièrement équipés que les agences de publicité, les chaînes de télévision, les sociétés de production vidéo et les photographes se disputent. Kargo bénéficie en effet d'une notoriété internationale, Whist Thorpe, célèbre professionnel new-yorkais travaillant notamment pour le magazine Glamour, venant ainsi assez régulièrement à Villeurbanne. Mais les plus fidèles clients de Kargo sont tous les photographes de pub de la région avec, en particulier, Jean-Luc Michon, Marc Forzi, Frédéric Ruiz, Georges Azzopardi, Jacques-Michel Cave, Olivier Dumon et Laurent Bernard. "Nous avons en moyenne soixante à soixante-cinq studios occupés chaque mois, précise Henry Notturno. Mais si les périodes traditionnellement les plus chargées sont la fin de l'année et la veille de l'été, on note un fléchissement de l'activité en octobre et avril". Quoi qu'il en soit, Kargo est bien décidé à maintenir son cap. L'entreprise bénéficie d'un savoir-faire reconnu. Et elle a pour elle d'être toujours en avance sur ses concurrentes comme elle vient encore d'en administrer la preuve en lançant le premier studio mobile de la région Rhône-Alpes. Celui-ci permet les tournages extérieurs. Son prix de location est de 2980 francs hors taxes la journée avec chauffeur-assistant alors qu'un studio fixe de cent trente mètres carrés revient à 1650 francs par jour avec tarif dégressif pour une durée plus longue. L'autre force de Kargo est de pouvoir compter sur des collaborateurs très pointus dans leur domaine. C'est en particulier le cas pour Thierry Botella, chef décorateur. Ancien élève des Arts appliqués, il n'a pas son pareil pour recréer des cadres en tout genre. Et il a notamment conçu le décor de l'affiche de la dernière Biennale de la danse en partenariat avec Jean-Luc Michon, signataire de la photo. En 1992, Kargo réalisera un chiffre d'affaires de 1,5 million de francs au lieu de 1,2 million l'an dernier. Quant au résultat net, il est modeste, Henry Notturno préférant augmenter "les salaires des quatre employés" et continuer à investir : "la prochaine nouveauté étant un studio lumière du jour opérationnel au mois de juin [1993]." En complément de Kargo, il a également monté en 1991 une nouvelle affaire baptisée Standeco (1,5 million de chiffre d'affaires). Sa vocation principale est de concevoir des décors pour la mise en scène des studios ou pour des stands d'entreprises. Les stands sont entièrement personnalisés et le souci du détail de la maison va jusqu'à reconstituer des sites extérieurs ! Cette filiale marche fort bien puisqu'elle collabore avec les plus grands groupes nationaux (Casino, Gemma, Presidence, Esthederm, LPG Systems, Adolphe Lafont, Calor, Comareg, Gerland, Grosfillex, Jouets Berchet, Rhône-Poulenc, Traitogaz... ) D'où l'extension prévue avec quatre cent cinquante mètres carrés d'ateliers supplémentaires début janvier 1992 (300.000 francs investis). Source : "Kargo à toute vapeur" / Christian Dybich in Lyon Figaro (cahier saumon), 16 octobre 1992, p.10.

Retour