[Eglise Saint-Bruno-des-Chartreux]

[Eglise Saint-Bruno-des-Chartreux]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0758 FIGRPTL0084 03
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 24 x 18 cm (épr.)
historiqueEncore du nouveau au programme des guides-conférencières de la ville de Lyon. Le 7 février 1991, elles inauguraient une nouvelle visite. Celle de Saint-Bruno des Chartreux.
historiqueC'est par un temps glacial que le bureau des guides de la ville de Lyon a réalisé la première visite de la plus belle pièce du "baroque gelé lyonnais", Saint-Bruno des Chartreux. Une fois de plus pour répondre à des demandes émanant de particuliers ou de groupes. Certains, en petit nombre, se sont déplacés le 7 février 1991 pour voir enfin ce patrimoine caché. "Il était complètement impossible de découvrir Saint-Bruno, puisque l'église est fermée au public notamment en raison de dégradations", a précisé Brigitte Morand, chargée de guider le groupe. La visite du bureau des guides, qui sera mensuelle, est donc l'unique moyen de voir de près l'intérieur d'inspiration baroque de cette chartreuse urbaine, Chartreuse du Lys Saint-Esprit, dont la construction fut réalisée à la demande d'Henri III en 1584. Il promit plusieurs milliers de livres pour sa réalisation. Somme que les Lyonnais attendent encore, ce qui explique peut-être la longueur des travaux. De la Chartreuse, il ne reste plus grand-chose. En revanche, l'église est toujours là, malgré un état intérieur parfois très détérioré. Des rénovations devraient être entreprises en 1992 sous la direction des Monuments historiques. La visite de Brigitte Morand permet de découvrir les particularités du choeur, très profond, les aménagements successifs de Jean Magnan au XVIIe siècle et de Ferdinand Delamonce et Soufflot au XVIIIe. Mélange d'époques et mélange de genres qui font tout l'intérêt de Saint-Bruno. Passant du baroque à la lyonnaise, parfois presque triste, à l'élégance italienne et à la rigueur due à la vie monastique des Chartreux, dont les symboles - la colombe et le lys - se retrouvent partout, l'édifice baigne dans une lumière blafarde. Les Chartreux ne peignaient pas les vitraux. En revanche, on trouve ici l'unique baldaquin d'inspiration romaine de Lyon, étrange mélange de marbre, de stuc et de tissu trempé dans du plâtre et doré. Les chapelles ne manquent pas non plus d'intérêt. Tout du moins, celles qui sont rénovées. On peut y découvrir un saint Bruno en prière, une vierge en albâtre et un très beau tombeau du Christ. Des oeuvres du patrimoine lyonnais que Brigitte Morand fait découvrir avec beaucoup d'érudition et dont certainement peu de Lyonnais soupçonnent la présence en ces lieux. Source : "Saint-Bruno se dévoile" / C.D. in Lyon Figaro, 8 février 1991, p.28.
note à l'exemplaireNégatif(s) sous la cote : FIGRP03388.

Retour