[Place André-Latarjet, Lyon 8e]

[Place André-Latarjet, Lyon 8e]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTL0189 03
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 24 x 18 cm (épr.)
descriptionInscription(s) sur l'image : "Place / André Latarjet / Professeur d'anatomie / 1877-1947".
historiqueEn 1991, trois arrondissements lyonnais devraient être munis d'installations sportives de proximités dans le cadre des opérations DSQ (Développement Social des Quartiers). Pour Christian Bonnefond, adjoint au maire de Lyon chargé des Sports et de la Jeunesse, la priorité est aux huitième et neuvième arrondissements. Dès juillet 1990, le dialogue s'est noué entre les adolescents des quartiers défavorisés et la ville de Lyon. "Les adolescents n'ont pas des besoins grandioses, mais ils veulent des petits aménagements qui leur permettent de concrétiser des animations sportives". Ces installations n'existaient guère jusqu'à ce ce que Christian Bonnefond élabore trois projets d'installations sportives place André-Latarjet dans le huitième, dans le quartier de Vergoin dans le neuvième, chacun voté le 18 février 1991 lors du conseil municipal, ainsi que dans la Cité jardin de Gerland dans le septième arrondissement. Le budget fin prêt pour ces aménagements, Christian Bonnefond avait, sans le savoir, établi des dossiers, correspondant aux objectifs prioritaires de l'Etat. En effet, lors de son passage à Bron, le président François Mitterrand déclarait : "Il est impératif de créer une centaine d'aménagements sportifs de proximité". Bondissant sur l'occasion, Christian Bonnefond trouva immédiatement l'aide financière de l'Etat, permettant ainsi de concrétiser ses différents projets en cours. C'est donc au mois de juin 1991, pour un budget global de 3.500.000 francs pour les trois installations, que la place André-Latarjet connaîtra divers aménagements dont un mur d'escalade, une aire de skate, des terrains de pétanque, des tables d'échecs ainsi qu'une aire de jeu de ballon. Dans le quartier de Vergoin, situé rue Charles-Porcher (Lyon 9e), face au groupe scolaire Alphonse-Daudet, trois plateaux pourront servir, tant aux activités des enfants dans le cadre scolaire, qu'aux loisirs de l'ensemble des habitants du quartier, avec un mur d'escalade, des tables de tennis de table, une aire de skate-board et un mini-foot. Pour la Cité jardin de Gerland, ces aménagements se feront ultérieurement (cf. Lyon Figaro, 20 février 1991). "Il était impératif de faire vite, et l'avance prise par les dossiers, place la ville de Lyon en tête par rapport aux autres cités. Je fais confiance aux jeunes et il faut les responsabiliser. C'est par le biais du sport que l'on arrive à instaurer un dialogue, ce qui rendra plus facile de leur faire passer des messages d'informations concernant l'emploi", déclare Christian Bonnefond. Source : "Le sport dans la ville" / Damien Duperray in Lyon Figaro, 21 février 1991, p.7.
note à l'exemplaireNégatif(s) sous la cote : FIGRP03460.

Retour