[Louis Thomas Achille, chantre de la négritude]

[Louis Thomas Achille, chantre de la négritude]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0759 FIGRPTP0007 10
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 15 x 20 cm (épr.)
descriptionLouis-Thomas Achille dans son bureau au 2e étage du 11, place Maréchal-Lyautey (Lyon 6e), appartement où il résida de 1950 à son décès survenu le 11 mai 1994.
historiqueLouis-Thomas Achille, né le 31 août 1909 à Fort-de-France (Martinique), fils de Louis Achille premier agrégé noir de l'Université, arrive à Paris en 1926 et entre à hypokhâgne au lycée Louis-le-Grand. C'est là qu'il côtoie Léopold Sedar Senghor et qu'il prend une part étroite à l'émergence du mouvement de la négritude en collaborant à la création de "La revue du Monde Noir", fondée par ses cousines Jane et Paulette Nardal, et qu'il fait rééditer en 1993, où écriront notamment Félix Eboué, premier gouverneur noir des colonies, le poète américain Claude Mac Kay et l'antillais René Maran, prix Goncourt 1921. Ce premier foyer intellectuel rapprochant Noirs d'Afrique, des Caraïbes et d'Amérique sera suivi entre autres échos des voix nègres majeures de Léopold Sedar Senghor, ami et condisciple de khâqne de Louis T. Achille, Léon-Gontran Damas, son beau-frère et Aimé Césaire. A la suite de l'Appel du 18 juin, il s'engage dans les Volontaires français résidant en Amérique, ce qui le conduit à une affectation en Afrique du Nord comme interprète-officier de liaison d'Etat-major. De retour en France, il réussit l'agrégation d'anglais, à l'instar de son propre père. Il est nommé en 1946 au lycée du Parc à Lyon où il enseigne en classes préparatoires à l'Ecole normale supérieure et aux autres grandes écoles, ainsi que dans divers établissements lyonnais (Institut d'études politiques, Ecole supérieure de chimie industrielle...). Au lycée du Parc, il fonde en 1948 une chorale d'anglais dont le répertoire s'oriente rapidement vers les negro spirituals sous le nom de "Park Glee Club". C'est cette chorale qui accueille notamment Martin Luther King le 29 mars 1966, lors de sa visite à Lyon. Acteur de l'émergence des radios libres, Louis T. Achille y a diffusé des negro spirituals au cours de nombreuses émissions sur Radio Fourvière. Riche d'un abondant corpus de partitions, recueils, disques de negro spitituals, il crée enfin en 1990 un centre de documentation, "Négro-spirituals Lyon", qui est hébergé au lycée du Parc. Quant au Parc Glee Club, il a disparut avec son fondateur en 1994.
note bibliographique"La saga Glee" / Claude Simonet in Lyon Figaro, 29 décembre 1987, p.30-31. - [Nécrologie] in Le Progrès de Lyon, 15 mai 1994. - Le lycée du Parc : 100 ans d'histoire / Dominique Achille, Walter Appel, Jean-Paul Berlioz [et al.], 2014, p.72-73 [BM Lyon, 6900 V8 LYC]. - Louis Thomas Achille : de la négritude aux negro spirituals / [Bande dessinée] par Hélène Marie et Josselin Limon Duparcmeur, 2018 [BM Lyon, 6900 Z9 ACH]. - Site internet : http://alrmab.free.fr/ltachille.html (consulté le 25-09-2015).

Retour