[Lyon 2010. Dessin de l'immeuble des Galeries Lafayette...

[Lyon 2010. Dessin de l'immeuble des Galeries Lafayette (Ch. Delfante, architecte)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0758 FIGRP00836C 001
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 24 x 36 mm
historiqueIl va enfin se passer quelque chose aux Galeries Lafayette. En février 1989, la municipalité présente sa dernière mouture d'aménagements. Quatorze mille mètres carrés inutilisés depuis quatorze ans. Depuis l'exode vers le quartier de La Part-Dieu, l'immeuble des Galeries Lafayette, en plein centre de la Presqu'île est un boulet traîné par la municipalité. Après l'échec de l'implantation du World Trade Center de la Chambre de commerce et d'industrie, situé à quelques mètres de là, au 16 de la rue de la République, voici la troisième version d'un essai d'emploi de ce bâtiment. L'achoppement des négociations avec la CCI avait alors provoqué la colère de Francisque Collomb. Il faut dire que la décision devait se prendre en plein renouvellement de la chambre, entraînant un retard rédhibitoire. Les élus n'étaient pas la cause de l'inertie et ont joué de malchance avec ce dossier. Mais cette fois-ci, les choses ont bien des chances d'aboutir. Comme en témoigne la présentation début février du projet avec des partenaires privés, G31, Pitance. Balay, Prenot et Jean Thouard. Et Charles Delfante s'est remis à ses planches à dessins pour tracer le nouveau visage de l'immeuble des Cordeliers. Sa nouvelle maquette sera également présentée le 3 février. Après avoir reçu l'aval du maire de Lyon dans les premiers jours de l'année... Inévitable, il fallait laisser une place aux magasins qui doivent occuper encore le rez-de-chaussée, le sous-sol, une mezzanine et deux étages. Mais au-dessus, viendront s'ajouter des bureaux. Le maître-mot de Charles Delfante a été d'égayer la façade. Le fronton sera émaillé de couleurs rouges. Plus qu'un gros ravalement, pour cet immeuble prestigieux au centre de la ville. En fait, seule la façade sera conservée et l'intérieur entièrement remodelé. Toutes ces modifications ont été entérinées au conseil municipal du mois d'octobre 1988. Les édiles ont convaincu la Caisse des dépôts et des consignations qui participe à l'opération. Et le bail des Galeries, renouvelé en 1981, a été porté à soixante-quinze ans. Un avenant y a été ajouté, apportant les modifications nécessaires à l'implantation des bureaux. Source : "Les nouvelles Galeries" / [Frédéric Poignard] in Lyon Figaro, 2 février 1989, p.19.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 3 négatifs.

Retour