[42e Rallye automobile Lyon-Charbonnières (1990)]

[42e Rallye automobile Lyon-Charbonnières (1990)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRPT0338A 15
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 21 x 12,5 cm (épr.)
descriptionEquipage (1) : Christian Rigollet - Michel Bathelot (Ford Sierra RS Cosworth).
historiqueLes cents quatre-vingts équipages du 42e rallye de Lyon-Charbonnières se sont élancés, le 10 mars 1990, depuis la halle Tony-Garnier. Au grand regret des amoureux du "Charbo" d'antan, le rallye de Lyon-Charbonnières a dû quitter la prestigieuse place Bellecour, lieu mythique de rassemblement des équipages. Un refus de la municipalité lyonnaise a forcé les organisateurs lyonnais à émigrer, à contre-coeur, vers la halle Tony-Garnier, ses poutrelles et son ambiance glaciale. C'est là-bas que les cent quatre-vingts voitures engagées se sont soumises, le 9 mars 1990, aux traditionnelles vérifications techniques. Avant de s'élancer, le 10 mars, tôt dans la matinée, en direction du Beaujolais. Pour la sixième année consécutive, l'épreuve lyonnaise est inscrite au calendrier du championnat de France de deuxième division. Et, comme lors des précédentes éditions, la victoire finale devrait se jouer entre les puissantes Ford Sierra Cosworth. Christian Rigollet, vainqueur en 1987 et 1989, sera une nouvelle fois l'homme à battre. Son principal adversaire aura pour nom Michel Pignard. L'ancien champion d'Europe et de France de la montagne dispose, lui aussi, d'une Sierra groupe A. La lutte entre les deux. hommes· s'annonce superbe. Elle sera arbitrée par Jacques Tasso et William Oddoux, engagés sur Sierra groupe N. Les BMW M3 (groupe A) de Granjean et Artru, ainsi que la R5 GT Turbo de Despinasse gardent un espoir de se mêler à cette empoignade, en tête de la course. Cette année, les organisateurs du rallye ont décidé de regrouper la course sur une seule journée... pour faire quelques économies. Conséquences, les pilotes ont été contraints de se lever aux aurores. A quatre heures, Christian Rigollet a été le premier à se présenter sur la ligne de départ, dans la halle Tony-Garnier. Direction Joux, lieu de départ de la spéciale no.1. Les équipages ont ensuite entamé leur périple avec, au programme, six épreuves chronométrées à parcourir deux fois. Au total, un parcours de 570 km, dont 183 km de spéciale, sur les routes sinueuses de l'arrière-pays caladois. L'arrivée du vainqueur est prévue aux environs de 19h15. Les résultats officiels seront connus, beaucoup plus tard, dans la soirée. Source : "Haro sur les Sierra" / Pascal Auclair in Lyon Figaro, 10 mars 1990, p.54-55.
note à l'exemplaireNégatif(s) sous la cote : FIGRP01813. Photographie datée et attribuée à Claude Essertel d'après les négatifs.
note bibliographique"Pignard veut vaincre le mauvais sort" / Pascal Auclair in Lyon Figaro, 10 mars 1990, p.55. - "Rigolet triple la mise" / Pascal Auclair in Lyon Figaro, 12 mars 1990, p.40. - "Les mauvais point du Charbo" / [P.A.] in Pascal Auclair in Lyon Figaro, 12 mars 1990, p.40.

Retour