69-70 quai Perrache, immeuble directorial, 2e arrondissement

69-70 quai Perrache, immeuble directorial, 2e arrondissement
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0929 047 00004
technique1 photographie numérique : couleur
descriptionLes façades s'enchaînent avec une élévation continue, à droite la composition du portail des ateliers de fabrication, au centre les bureaux de l'administration et à gauche (au sud) l´immeuble directorial. La partie atelier est couverte d'une charpente en bois, ponctuée de lanterneaux et de sheds. Le portail latéral est composé d'une porte en plein cintre flanquée de deux portes-fenêtres cintrées. La corniche à forte mouluration est soulignée de triglyphes, en amortissement et du chiffre « PDC » en médaillon. La façade du logement patronal est composée de cinq niveaux de hauteur décroissante : trois étages carrés et un étage attique. Le corps central est marqué par une travée axiale avec une porte-fenêtre jumelée ouvrant sur un balcon au premier étage. La travée latérale est rythmée par des chaînages à refends couronnés de frontons, sculptés d´une guirlande
historiqueEn 1857, la maison Chevalier est la plus importante entreprise lyonnaise de mécanique et grosse chaudronnerie à Lyon. Elle emploie 154 ouvriers. La société se compose d´une usine située quai Perrache (4 000 m²) et d´une seconde, plus petite, à la Mouche (rive gauche du Rhône). Très vite, cette maison se spécialise dans la fabrication de machines à vapeur. En 1869, Chevalier s´associe à son gendre, Grenier, lui-même fabricant de tubes en fer pour chaudières. [...] Elle devient en 1880 société anonyme et prend comme raison sociale « la Compagnie des Ateliers et Chantiers du Rhône ». Elle emploie 500 ouvriers à Lyon (dont 300 à Perrache) et exporte en Espagne, en Italie, en Portugal. C´est la grande diversité de sa production, de la machine à vapeur au matériel des bateaux, à la fabrication d´affûts d´artillerie (commandes publiques) et de toute une gamme d´équipements industriels qui lui permettra de perdurer jusqu´aux années 1930. En 1887, les ateliers sont repris par J. Martin à qui succèderont Parent et Michelon. Puis à partir de 1904, c'est la Société Paul Dulac et Nas qui reprend la société avec la construction de l'immeuble patronal et du grand atelier, décoré du chiffre PDC (Paul Dulac et Cie) en médaillon. La superficie des chantiers atteint 5500 mètres carrés. En 1919, la société Dulac a l´autorisation d ´installer un marteau-pilon de 1000 kilos. A la même période, les ateliers emploient entre 120 et 130 ouvriers. En 1924, le site s'étend à l'ouest, dans les ateliers de la société Petit et Cie, avec la création d'un raccordement ferroviaire qui traverse la rue Wuillerme. Ces ateliers sont spécialisés dans la fabrication de matériel pour les chemins de fer, les ponts roulants, les machines à vapeur, les charpentes en fer et ponts métalliques. C'est dans les années 1930 que ferment les grands chantiers de grosse chaudronnerie de Perrache. Actuellement, ce site sert d'entrepôt à charbon.

Retour