[Saint-Symphorien-sur-Coise, maison curiale]

[Saint-Symphorien-sur-Coise, maison curiale]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0929 041 00067
technique1 photographie numérique : couleur
historiqueSitué entre la vallée du Rhône et la vallée de la Loire, Saint-Symphorien-sur-Coise, dont l'origine remonte au Moyen-Âge, est un carrefour à la fois stratégique, administratif et économique. Au Xe siècle, le site appartient au comté du Forez. Un château fort est construit sur le promontoire rocheux qui surplombe la vallée de l'Orzon. En 1173, un traité modifie les limites du Forez et du Lyonnais. Les comtes de Lyon, chanoines de la cathédrale Saint-Jean, se rendent maîtres d'une grande partie de la seigneurie de Saint-Symphorien. Ils démolissent le château fort et édifient à la place une église romane. Deux lignes de remparts successives sont construites, qui font de Saint-Symphorien au début du XIVe siècle, l'une des villes les mieux fortifiées du Lyonnais. Les industries du drap et de la tannerie s'y installent. En 1332, le roi établit à Saint-Symphorien le siège d'une châtellenie royale. Saint-Symphorien s'appelle alors Saint-Symphorien-le Château. Au début du XVe siècle, le Cardinal Pierre Girard fait bâtir une grande église gothique remplaçant la romane devenue trop petite. Il se réserve le droit de s'y faire enterrer. Le XVIe siècle est marqué par le ralentissement économique de Saint-Symphorien, affaiblie notamment par les guerres de religion. La ville est prise d'assaut par les protestants du baron des Adrets. L'église est pillée et le tombeau du cardinal Girard violé. En 1628, près de la moitié de la population meurt suite à une épidémie de peste. Sous la Révolution, Saint-Symphorien-le-Château devient "Chausse-Armée" en raison de ses nombreuses fabriques de galoches et de brodequins qui alimentaient les armées de la République. En 1891, une délibération municipale arrête le nom actuel de Saint-Symphorien-sur-Coise. Au XIXe siècle, tanneries, fabriques de chaussures, salaisons, fabriques de meubles connaissent une grande expansion, entraînant l'essor industriel de la commune. Quelques modifications urbaines interviennent avec le percement de l'enceinte pour aménager des voies de circulation et l'établissement, hors les murs, de nouveaux quartiers.
historique"Maison curiale (XVIIe siècle) Cette maison fut achetée par la commune au cours du XVIIIe siècle pour y installer la cure. Les façades, remaniées à plusieurs reprises, comportent des éléments d'architecture remarquables. Des traces d'ouvertures en arc en plein cintre et d'anciennes fenêtres à meneaux sont lisibles sur la façade donnant sur rue. Au cours du Moyen-Age, les fenêtres augmentent de taille jusqu'à devenir larges et ouvragées à la Renaissance. Puis, une contribution portant sur les ouvertures des façades est mise en place. Le nombre des ouvertures devenant un signe extérieur de richesse, certaines fenêtres furent murées au cours du XIXe siècle. Beaucoup de façades gardent les traces d'anciennes ouvertures. Cet impôt direct fut supprimé en 1925. Quant à l'avant toit, largement débordant, il caractérise les maisons urbaines de Saint-Symphorien-sur-Coise du Moyen-Age jusqu'au XIXe siècle."
note bibliographiqueSource : https://www.saint-symphorien-sur-coise.fr/

Retour