[Communauté urbaine de Lyon. Réunion de concertation pour...

[Communauté urbaine de Lyon. Réunion de concertation pour une salle rock dans l'agglomération lyonnaise]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTP1309A 05
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 20 x 15 cm (épr.)
historiqueIls étaient tous venus, ils étaient tous là. De Vénissieux, Saint-Priest, Vaulx-en-Velin, Villeurbanne, Caluire, Lyon... et même Chassieu, les maires avaient pris le chemin de l'hôtel communautaire. Il est rare d'en voir tant à la fois, représentants des municipalités les plus influentes de l'agglomération lyonnaise, au coude à coude, arborant des sourires parfaits. Car ils étaient tous satisfaits... à l'évidence. Moins d'une heure après leur entrée en salle de réunion, alors que l'on attendait une conférence de presse du maire de Vénissieux, André Gérin, annoncée la semaine précédente, c'est André Soulier qui prenait la parole. Devant un auditoire fourni, certaines délégations s'étaient quand même déjà éclipsées, il lui revenait manifestement de faire le point. On comprenait rapidement pourquoi. "Il y a entente sur le processus et tous, nous considérons que la salle de spectacle pour les variétés, la chanson et le rock, doit être envisagée sous l'angle d'un équipement d'agglomération, voire de région", entamait le premier adjoint lyonnais. Et d'expliquer que plusieurs solutions avaient été envisagées. Soit une société d'équipement, société mixte fondée sur la CoUrLy où celle-ci agirait directement (à l'instar d'un musée d'art moderne constitué à Lille par ce même moyen d'exception). Soit la constitution d'un syndicat intercommunal à vocation unique regroupant les cinquante-cinq communes de l'agglomération. "Un équipage plus lourd à manier", selon André Soulier. Il continuait ainsi : "Il faut déborder du problème de localisation et envisager également une possible initiative privée, soit dans Lyon, soit intra-muros. Nous avons décidé d'examiner de telles propositions, si elles se révèlent être sérieuses". Les participants à la réunion ont toutefois pris connaissance de l'existence de trois sites potentiels. La suggestion villeurbannaise porte sur un terrain situé à l'intersection de Lyon et Villeurbanne (ancienne usine des eaux proche du Tennis-Club de Lyon) ; la Ville de Lyon a proposé un terrain communautaire proche d'Eurexpo sur le territoire de la commune de Chassieu. Quant à Vénissieux, elle a bien entendu fait part de son projet, déjà bien élaboré, avec notamment l'apport de capitaux privés que soutiendraient des fonds d'origine publique (sous forme de subventions). Voilà pour le concret, que l'on connaissait ; l'avenir se présente sous la forme d'une constitution d'un groupe de travail et de réflexion. La présidence en sera assurée par André Soulier et on y trouvera les représentants des villes ayant des projets (Lyon, Chassieu, Villeurbanne et Vénissieux), un délégué du ministère des Affaires culturelles et des représentants du Conseil régional, du Conseil général, du secrétariat de la CoUrLy, de l'Agence d'urbanisme, des services juridiques de la CoUrLy ; le secrétariat étant assuré par M. Bosquet, directeur du service des Affaires culturelles de la ville de Lyon. Pour les membres de ce groupe de travail, il s'agit maintenant de collecter tous les documents nécessaire, afin de présenter fin avril 1987 une "suggestion unanime". A noter également que les professionnels du spectacle seront consultés, sinon dans la première phase, au moins dans la mise en forme du projet. Et si les choses vont très vite, le montage de l'opération pourrait être effectué dans le courant de l'été. Source : "Rock : vers une solution communautaire" / Laurent Perzo in Lyon Figaro, 24 février 1987, p.6.
note bibliographique"Une réunion historique" / L.P. [Laurent Perzo] in Lyon Figaro, 24 février 1987, p.7. - "Un vrai roman feuilleton" in Lyon Figaro, 24 février 1987, p.7. - "Eurexpo contre Vénissieux" / Y. Rendu in Le Progrès de Lyon, 23 février 1987. - "Un semblant d'accord qui sonne faux..." / Alain Corsetti in Lyon Matin, 24 février 1987.

Retour