[Obsèques de Jean Couty à la cathédrale Saint-Jean]

[Obsèques de Jean Couty à la cathédrale Saint-Jean]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRPT2498 06
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 24 x 18 cm (épr.)
historiqueJean Couty, le peintre lyonnais, décédé le 14 mai 1991, à l'âge de 84 ans, a été enterré le 17 mai, après un dernier adieu, à la cathédrale Saint-Jean. Sa famille, son jeune fils et ses amis les plus proches étaient là, entourés d'admirateurs et de quelque deux cents fervents pour l'accompagner à sa dernière demeure. Danièle Noir et Jacques Oudot, l'adjoint à la Culture de la Ville de Lyon et du Conseil régional, étaient présents ainsi que des représentants d'associations de peinture lyonnaises. Jean Couty était un grand peintre, mais aussi un grand chrétien qui avait su associer vie matérielle et vie spirituelle. Amoureux de Lyon, il avait peint la ville, les ouvriers au travail, les femmes aussi, qu'il adorait. Sa recherche du sacré, il l'avait exprimée en peignant les cathédrales, les églises, les religieuses. Témoin la toile exposée derrière son cercueil en la cathédrale Saint-Jean qui figure le Christ mains tendues et ouvertes, comme pour lui montrer la dernière direction à prendre, la dernière voie possible. "Le Christ de Vézelay" a été déposé sur le chevalet d'atelier du peintre, en accord avec sa famille. Au cours de son homélie, le père Jeannin a beaucoup cité le peintre, parlé de son oeuvre et de son mysticisme : "Il faisait partie de la grande famille des peintres et des architectes. En tant qu'artiste, il visait toujours à atteindre la pureté mais en traversant la matière, la chair. Il avait ainsi su réinsérer le spirituel dans le réel". Ses amis de l'Académie des sciences belles lettres et arts de Lyon ou du Rotary l'ont décrit comme "un homme fidèle, fort et sensible à la fois, prêt à servir les autres" et l'un d'eux a conclu de manière émouvante : "Tu restes". La dépouille de Jean Couty a quitté le sanctuaire que l'artiste avait si souvent peint avec amour pour le petit cimetière de Saint-Rambert. Son oeuvre, plusieurs centaines de toiles, demeurera à jamais un hommage rendu aux Lyonnais. Source : "L'adieu à l'artiste" / C.A. in Lyon Figaro, 18 mai 1991, p.5.

Retour