[Affiche des candidats pour les éléctions municipales de...

[Affiche des candidats pour les éléctions municipales de 1989]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0758 FIGRP00855H 001
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 24 x 36 mm
descriptionInscription(s) sur l'image : "Lyon / gagne / Francisque / Collomb / et son équipe" ; "Ensemble / nous aimons / Lyon / Michel Noir".
historiqueA la fin du mois de janvier 1989, une affiche de Michel Noir sur fond bleu fleurira sur les murs de la ville, en alternance avec une autre sur fond de toits du Vieux-Lyon. En effet, ces illustrations en quatre mètres sur trois seront collées sur plusieurs centaines de panneaux publicitaires, réservés à l'avance, et lanceront de manière visuelle la campagne municipale du député de La Croix-Rousse. Aussi bizarre que cela puisse paraître, les affiches électorales des candidats, pour préserver probablement l'effet de surprise ou éviter peut-être l'espionnite des concurrents, semblent relever du secret le plus absolu. Et le premier surpris de découvrir, dans Lyon Figaro, sa propre affiche sera probablement Michel Noir lui-même. Au milieu du mois, en lançant sa campagne (dite de teasing) en deux temps, Gérard Collomb a donné le coup d'envoi de l'affichage. Mais la première série d'illustrations ne révélait rien de l'identité de son auteur, chacun de s'interroger alors. Plus d'un Lyonnais a pensé, à tort, qu'il s'agissait de Michel Noir (n'avait-il pas utilisé cette technique en 1983? pendant deux semaines un fauteuil vide avait hanté les murs de la cité avant que le visage de Noir n'apparaisse). Cette année, le député de La Croix-Rousse opte pour une démarche plus traditionnelle en affirmant : "Ensemble, nous aimons Lyon" [...]. Source : "Noir à l'affiche" in Lyon Figaro, 21 janvier 1989, p.3.
historiqueCette fois-ci c'est parti ! Le 2 février 1989, Michel Noir annonce les noms des candidats qui conduiront ses listes dans les arrondissements (cf. Lyon Figaro, 30 janvier 1989) et le 3 février ce sera Francisque Collomb qui en fera autant en inaugurant son local de campagne en compagnie de Raymond Barre, qui confirmera par sa présence, sa candidature sur la liste du maire sortant. Déjà, de part et d'autre, la campagne d'affichage bat son plein. Au message "Ensemble nous aimons Lyon" diffusé par Michel Noir avec soit son portrait, soit une vue du Vieux Lyon, la réponse de Francisque Collomb fleurit en terme de bilan. Avec huit messages : "Lyon a la cote" (sur fond de corbeille à la bourse), "Lyon Charme" (sur fond de rue Mercière), "Lyon brille" (devant l'entrée de l'Ecole normale supérieure), "Lyon gagne" (avec Interpol), "Lyon rassemble" (plongée sur le forum des associations), "Lyon s'affiche" (avec l'expression murale des graffitis), "Lyon pousse" (la jeune génération jouant en plein air) et "Lyon avance" (vue plongeante sur les travaux du métro), la liste conduite par Francisque Collomb veut "rompre avec l'habitude qui consiste à toujours montrer Fourvière et Bellecour et faire découvrir aux Lyonnais leur ville sous des aspects inédits". Par ailleurs, sans attendre une prochaine manifestation, le maire de Lyon joue l'ouverture à sa manière en annonçant la création et la mise en place d'un "Conseil de Compétence" qui réunira des personnalités "des mondes économique, social, universitaire, culturel et sportif dont la contribution à l'animation, à la promotion et à la représentation de la ville est essentielle". Avec une terminologie classiquement barriste, le maire de Lyon tend, à sa manière, la main aux 'socio-professionnels' de tous horizons puisque il annonce que ce conseil qui sera consulté trois fois par an sera ouvert 'à des personnalités qualifiées qui auraient apporté leur concours à d'autres listes et qui partagent la même foi dans les destinées de Lyon." Pendant ce temps, on peaufine la composition des listes en réservant ici ou là des surprises. Ainsi dans le 9e arrondissement, le maire sortant, Roger Fenech, vient-t-il de convaincre l'ancien coureur cycliste, Henri Anglade, d'être à ses côtés dans la course aux municipales. "Lui et moi faisons un bon tandem." Source : "La campagne s'emballe" / J.P. [Jeanine Paloulian] in Lyon Figaro, 2 février 1989, p.2.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 3 négatifs. Photographie attribuée à Robert Deyrail.
note bibliographique"Quand la politique s'affiche : les candidats aux municipales font le mur" / J.J.B. [Jean-Jacques Billon] in Lyon Matin, 13 février 1989.

Retour