[Quartier de la Part-Dieu, axe Saxe-Paul Bert. Démolition...

[Quartier de la Part-Dieu, axe Saxe-Paul Bert. Démolition d'immeubles insalubres de la masse 113 bis]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0901 FIGRPTP1181A 02
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 10 x 15 cm (épr.)
descriptionVue prise depuis la rue de la Part-Dieu en direction de la rue Garibaldi.
historiqueLa rénovation du quartier de la Part-Dieu est une opération de longue haleine. S'il y a plusieurs années déjà qu'ont disparu les anciennes casernes, pour laisser place aux grands immeubles, à l'auditorium et à la fameuse tour du Crédit Lyonnais, des îlots insalubres subsistent ici ou là. C'est pourquoi, le 30 décembre 1981, le sénateur-maire de Lyon, Francisque Collomb, a donne symboliquement le signal de la démolition d'un important pâté de maison situé au nord de l'axe Saxe-Paul-Bert, pâté de maisons qui, pour les spécialistes, porte le nom de "masse 113 bis". En fait, elle est délimitée par les rues Garibaldi, Servient, de la Part-Dieu et André Philip. Les vieilles bâtisses en question, blotties les unes contre les autres, avaient été jugées trop anciennes pour pouvoir être "réhabilitées". Aussi les urbanistes jugèrent-ils plus judicieux de les raser, pour reconstruire "du neuf" à la place. La cérémonie se voulait un "premier coup de pioche". En fait, la technique ayant évolué, le maire de Lyon n'a en qu'à faire un signe de la main : le conducteur d'une pelleteuse a mis son engin en marche et bientôt sont tombés les premiers blocs de ciment d'un pan de mur. Les efforts de la municipalité en vue de la rénovation de ce quartier, se poursuivront encore plusieurs années durant. Ce qu'il s'agit de faire, c'est un "quartier vivant et chaleureux". Le maire devait continuer la visite de tout ce secteur Nord, divisé en plusieurs îlots promis à la démolition. Les bulldozers ont ainsi commencé leurs besognes à la "masse 113 bis" : le partie Est doit être en effet immédiatement libérée car 5000 mètres carrés de bureaux doivent y être édifiés, tandis que courant 1982, le reste du terrain sera consacré à la construction de 65 logements - dont des logements sociaux - en accession à la propriété. Cette promenade matinale conduisit ainsi le maire de masse en masse... La "masse 93" est un pâté de maisons vétustes délimité par les rues de Bonnel, Dunoir, Moncey et Garibaldi où s'élèveront un hôtel deux étoiles de 200 chambres qui fait défaut à proximité du centre directionnel de la Part-Dieu, 120 logements et un mail commercial. La "masse 102" délimitée par les rues Dunoir, Servient, André-Philip, François-Garcin, sera entièrement démoli, sauf le 112 de la rue Moncey qui sera réhabilité : en prévision doivent être reconstruits un équipement de petite enfance, 5000 mètres carrés de bureaux et 6000 mètres carrés de logements avec prêt conventionnés. La "masse 118" s'inscrit quant à elle entre les rues de la Part-Dieu, Mazenod, Vendôme et l'avenue de Saxe : 80% des acquisitions sont faites et on va y construire 90 logements avec P.A.P. et P.C. Enfin la "masse 124", délimitée entre les rues Mazenod, Chaponnay et André-Philip, est acquise à 100%. L'office d'H.L.M. de la CoUrLy y construira 40 logements sociaux.
note à l'exemplairePhotographie issue des archives du Journal Rhône-Alpes.
note bibliographiqueLe Journal Rhône-Alpes, 31 décembre 1981. - Lyon Matin, 31 décembre 1981.

Retour