[Réaménagement du carrefour Terme - Martinière]

[Réaménagement du carrefour Terme - Martinière]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTL0200 06
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
historiqueLa fresque bleutée qui tapissait la façade sera finalement démolie, en même temps que l'immeuble qui trône encore à côté du glacier Nardone, à La Marlinière, juste dans le virage en descendant de la Croix-Rousse. Dix jours après l'obtention du permis de démolir et alors que les dix locataires sont en plein déménagement, le chantier de l'îlot de la Paix va débuter, le 24 janvier 1994, avec pour objectif de réaménager l'un des carrefours stratégiques du coeur de Lyon. Alors que la place des Terreaux est toujours vouée aux engins de chantier, la municipalité prépare le terrain pour les automobilistes, les cyclistes et les piétons qui transitent par cet espace du premier arrondissement, situé au carrefour de la place Tobie-Robatel et des rues terme, Sainte-Catherine et de la Martinière. Zone de passage traditionnelle entre les pentes et les Terreaux, l'îlot de la Paix va en effet voir sa vocation confirmée avec l'ouverture, dès le mois de mai, des 760 places du parc souterrain des Terreaux. Depuis la mise en service du Plan de circulation Presqu'île, en septembre 1993, les dernières statistiques de la circulation confirment clairement la fonction de transit de l'îlot de la Paix. A l'heure de pointe du soir, le trafic est ainsi estimé à 700 véhicules/heure dans la rue de la Martinière, en venant de la Croix-Rousse, et devrait s'accroître de 200 véhicules supplémentaires par heure dès l'ouverture du parking des Terreaux. Même configuration dans le sens inverse déjà emprunté par 90 véhicules/heure et qui devrait passer à 190 véhicules/heure d'après les estimations. Moins touchée, la rue Terme drainera également 100 véhicules/heure supplémentaires dans chaque sens à partir du mois de mai. A l'heure actuelle, les taux de trafic sont stabilisés à 530 véhicules/heure dans le sens de la montée et 450 dans le sens de la descente. En ce qui concerne la gestion du futur carrefour de l'îlot de la Paix, elle sera coordonnée pour l'ensemble des flux. Seuls les véhicules venant de la rue de la Martinière en direction des pentes ou du parking des Terreaux seront stockés et traverseront le carrefour en deux temps. En attendant, les élus du premier arrondissement ont rencontré leurs administrés pour faire le point sur le déroulement du chantier. Premier axe du programme, la démolition avant la mi-mars de l'immeuble à la fresque, contre la rue de la Paix, va permettre de dégager une importante superficie de près de 200 mètres carrés au sol. Sur cet espace, l'aménagement prévoit un double carrefour à feux traditionnels. Par ailleurs, "en contrebas du carrefour, un espace à l'ombre de deux rangées d'arbres permettra aux habitants de profiter d'une placette à l'écart de la circulation". A signaler également que les trottoirs seront élargis, passant ainsi de 3 mètres à 4,20 mètres contre le lycée de La Martinière, et qu'une bande cyclable sera aménagée place Tobie-Robatel où seront plantés huit arbres nouveaux. Un geste symbolique à l'attention des passionnés de deux-roues. Source : "Place à la circulation" / Marie-Anne Maire in Lyon Figaro, 21 janvier 1994, p.1.
note à l'exemplaireNégatif(s) sous la cote : FIGRP06569.

Retour