[Rue des Pierres-Plantées]

[Rue des Pierres-Plantées]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRPTL0200 03
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 18 x 24 cm (épr.)
historiqueDéclaré d'utilité publique en septembre 1990, le projet de démolition et de reconstruction de l'îlot de la rue des Pierres-Plantées agite la petite communauté des riverains croix-roussiens. En 1991, une association d'habitants du quartier s'est formée, établissant une liste de critiques relatives au traitement de ce dossier. Outre un manque de concertation dans les prises de décision et des informations imprécises et contradictoires sur le sujet, Marie-Odile Aïlane, la présidente de l'association, reproche aux auteurs du projet "l'absence de volonté manifeste de conserver à cet îlot sa spécificité". "Pourtant, le site et l'esprit architectural seront préservés, affirme le maire du 1er arrondissement. Il s'agit, en fait, de réhabiliter un quartier dont tout le monde s'accorde à dire qu'il devient insalubre." Et répondant à ceux qui prétendent qu'aucune étude géologique n'a encore été entreprise, Roland Chandelon précise que "tant qu'aucun parti-pris d'ensemble n'a été retenu, il était hors de question de l'envisager. Et ainsi, évité de mettre la charrue devant les boeufs." Dans le même temps, il réaffirme que 10 à 20% des constructions seront réservées pour des logements sociaux et que le projet de la rue Mottet de Gérando est "exclusivement consacré au relogement des habitants de la rue des Pierres-Plantées." Enfin, le maire rétorque que, depuis huit mois, la Communauté urbaine de Lyon, sous son impulsion, "s'est mise au travail pour conduire une réflexion d'une nouvelle charte des principes d'existence du principe de Périmètre de restauration immobilière (PRI). Afin de montrer que la Croix-Rousse n'est pas un quartier pour les touristes de la plus-value." Source : "Un îlot dans la tempête" / P.C. in Lyon Figaro, 22 février 1991, p.9.

Retour