[Rassemblement des toques blanches de la restauration...

[Rassemblement des toques blanches de la restauration lyonnaise]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRP08407 010
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 24 x 36 mm
historiqueA l'initiative de Paul Bocuse, six cents cuisiniers lyonnais se sont rassemblés le 28 juin 1996, place Antonin Poncet, le temps d'une photographie. C'était l'occasion de faire la promotion de Lyon à travers une photographie qui sortira à point nommé, lors du Sommet du G7. Les Toques blanches à la tête desquelles se trouve Guy Lassaussaie, avaient répondu présent pour célébrer à la fois la cuisine et la région lyonnaise. "Vingt ans après, une photo de ce type qui avait été faite place des Terreaux, il s'agissait de la moderniser, tout en montrant que la restauration est toujours la force de Lyon", précise le maître de cérémonie, Paul Bocuse. Après la photographie, les chefs lyonnais se sont livrés à une véritable chorégraphie mise au point par le graphiste Alain Vavro : les passants ont ainsi pu voir "Lyon" s'inscrire en lettres d'hommes "toqués" avant que ces derniers ne forment un triangle représentant "le fer de lance de la cuisine lyonnaise", comme Jean Fleury a tenu à le souligner. Ce dernier, qui aime se désigner comme l'ombre de Paul Bocuse auprès de qui il travaille depuis douze ans, exprime sa satisfaction devant la mobilisation de ses confrères : "Nous avons lancé un premier appel il y a trois semaines, puis nous n'avons cessé de téléphoner pour nous assurer de la présence de chacun. Quelle déception s'ils n'avaient pas voulu se déplacer !" Ce n'est pas le cas puisqu'ils sont tous là, Georges Blanc, Jean Troisgros... entre six cents et huit cents des meilleurs chefs de la région. Le programme ne se limitait pas à une photo de famille, si prestigieuse soit-elle, car on ne parle pas cuisine sans la goûter. Pour exorciser la psychose de la vache folle, du boeuf français a été distribué aux badauds. "Défendre la restauration française, c'est aussi défendre la boucherie et faire en sorte que les Français mangent de la viande française", a insisté Paul Bocuse. Une bonne façon de mettre en avant les produits français un mois avant le G7. Source : "Photo de famille des toques lyonnaises" / Agnès Gautheron in Lyon Figaro, 29 mai 1996, p.1 et 4.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 68 négatifs.

Retour