[Travaux d'aménagement de la place Charles-Hernu]

[Travaux d'aménagement de la place Charles-Hernu]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRP06746 001
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 24 x 36 mm
historiqueUn mois après le lancement du chantier de la place Charles-Hernu, l'actuelle place des Charpennes à Villeurbanne, les habitants des quartiers alentours recevront dans leurs boîtes aux lettres une plaquette détaillant les différentes phases de ce vaste programme d'aménagement. En parallèle, les automobilistes se verront distribuer ces mêmes dépliants d'information pendant qu'ils seront à l'arrêt au feu rouge. Carrefour charnière entre Lyon et Villeurbanne, la future place Charles-Hernu continuera à assurer ses fonctions de transit, reliant notamment le cours Vitton et le cours Emile-Zola, mais elle symbolise également la volonté d'ouvrir pleinement cet espace aux quelque 40.000 piétons qui y transitent chaque jour. Troisième pôle d'échanges après Part-Dieu et Perrache, la place est en effet desservie par deux lignes de métro et huit lignes de bus, sans compter un important trafic automobile entre les deux communes limitrophes. Conçu par l'architecte designer marseillais Charles Bové, en partenariat avec le paysagiste new-yorkais Terry Schnadelbach - également auteur du projet des berges de Saône - et le scénographe plasticien Michel Crespin, la place Charles-Hernu s'inspire directement des lignes tracées par les immeubles la bordant, à l'instar du Colysée et de l'hôtel Mercure. Réalisée en granit blanc d'Espagne, agrémenté de bandes de granit gris et bleu, l'ellipse centrale accordera la priorité aux piétons tout en conservant la circulation automobile sur les rues des Emeraudes, Gabriel-Péri, Henri-Rolland et sur les cours Vitton et Emile-Zola. Par ailleurs, l'espace a été redessiné de manière à privilégier un environnement de feuillus sur cette place de ville. Trente-trois paulownias seront ainsi plantés à l'intérieur de l'ellipse et trente-neuf micocouliers ont été choisis pour la bordure. Et pour l'ambiance de cet espace de 10.000 mètres carrés, les maîtres d'oeuvre ont fait appel à une lumière diffuse qui sera tamisée par dix-sept colonnes de douze mètres de haut. Loin d'être achevés, les travaux vont se poursuivre sans jamais interrompre la circulation, par la création d'une voie réservée aux transports en commun rue Henri-Rolland, la réfection de la chaussée rue des Emeraudes, rue Gabriel-Péri et cours Emile-Zola. De manière générale, ces chantiers de voirie se prolongeront jusqu'à fin juillet. Ensuite, les entreprises procèderont à la pose du revêtement en pierres à l'intérieur de l'ellipse puis aux plantations des arbres et à l'installation du mobilier urbain. L'ensemble des aménagements devrait être bouclé pour les illuminations du 8 décembre 1994. La Communauté urbaine finance la rénovation de la place Charles-Hernu à hauteur de 9.288.000 francs, contre 3.794.000 francs pour la Ville de Villeurbanne. Pour rendre hommage au défunt maire de Villeurbanne et ministre de la Défense, en janvier 1995 lors de l'inauguration, Gilbert Chabroux n'hésite pas à annoncer la venue du chef de l'Etat. Au coeur des campagnes croisées pour les présidentielles et les municipales, François Mitterrand pourrait ainsi faire escale dans le fief villeurbannais. Source : "Hernu trouve sa place" / Marie-Anne Maire in Lyon Figaro, 3 mai 1994, p.2.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 9 négatifs.

Retour