[Chapelle Notre-Dame-aux-Raisins à Saint-Lager (Rhône)]

[Chapelle Notre-Dame-aux-Raisins à Saint-Lager (Rhône)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRPT2892 01
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 24 x 18 cm (épr.)
historiqueChapelle datant du XIXe siècle, Notre-Dame-du-Raisin est située au sommet de la colline de Brouilly (483 mètres) d'où elle domine le vignoble Beaujolais. Depuis 1857, elle est l'objet, chaque 8 septembre, d'un célèbre pèlerinage.
historiqueEn 1992, les viticulteurs de Brouilly et de côte-de-brouilly ont décidé de ne pas faire comme tout le monde. Délaissant la période des vendanges, souvent l'occasion de faire parler du vin, ils ont lancé en mai leur première manifestation de printemps "côté coeur, côté brouilly". Objectif : faire oublier un peu le beaujolais nouveau en faveur du Beaujolais tout court et de ses crus, vins de garde dans la mesure où le cépage gamay le permet. En cette période de commercialisation difficile, l'idée avait le mérite d'être nouvelle et de faire entrer dans les esprits que certains beaujolais méritent plus qu'une rondelle de saucisson, un croûton de pain et un comptoir confortable pour les boire. Les Amis de Brouilly enfoncent le clou, en organisant leur fête traditionnelle à la fin du mois d'août alors que les vendanges sont prévues pour les premiers jours de septembre, période habituellement retenue par la confrérie pour grimper sur la colline d'andésite, roche cristalline bleutée qui fait la particularité du sol et des vignes du mont Brouilly. Mais, si la date change, l'esprit reste le même pour celte association fondée en 1920, avant même que brouilly et côte-de-brouilly ne soient subdivisés en deux crus distincts. L'appellation côte-de-brouilly remontant en effet à 1935. Ainsi, les Amis de Brouilly regroupent aussi bien les amateurs de brouilly que de côte-de-brouilly. Une précision qu'il ne faut pas manquer d'apporter pour éviter tout manquement au savoir-vivre viticole, monde où les susceptibilités sont proportionnelles au nombre de verres de dégustation absorbés avant la conversation. Suivant un folklore bien établi, les Amis de Brouilly reçoivent pour cette fête leurs collègues parisiens de la commune libre de Montmartre. Ils célébreront en 1992 le vingtième anniversaire de ce jumelage sous le parrainage de Mick Michel et de Maurice Baquet. La colline de Brouilly est devenue, au fil des années, aussi emblématique que le moulin du cru moulin-à-vent. Notamment grâce à la fameuse chapelle édifiée en 1857 et dédiée à la Vierge pour protéger le vignoble de l'oïdium, champignon qui s'attaque à la vigne et la couvre d'une poussière grisâtre. La Vierge, dans l'ensemble, semble avoir bien fait son travail puisque, jusqu'à l'arrivée du phylloxéra, les ceps de la colline de Brouilly se portèrent fort bien. Mais au-delà du folklore, la confrérie joue à travers ce type de manifestations un rôle de promotion non négligeable. [...] A ce jour, l'association regroupe 500 membres qui représentent une trentaine de nationalités différentes. Tous les membres sont invités à la fête chaque année. Suivant un principe simple de promotion, chaque membre devient un ambassadeur potentiel de Brouilly dans son pays ou sa région. Critiques gastronomiques américains, restaurateurs lyonnais ou parisiens, négociants anglais, artistes et membres du show-business ajoutent de la notoriété, à moindre frais, et permettent de réaliser quelques ventes en plus. Car on ne manquera pas de parler affaires, ici et là, autour de la chapelle du mont de Brouilly, pendant que les touristes de passage dégusteront le dernier millésime. Source : "Du vin sur la colline" / C.D. in Lyon Figaro, 22 août 1992, p.18.

Retour