[Beffroi du carillon du Mas-Rillier à Miribel (Ain)]

[Beffroi du carillon du Mas-Rillier à Miribel (Ain)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRP03870 001
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 36 x 24 mm
historiqueCarillon du Mas-Rillier. Louis Mortamet, architecte (1946-1947).
historiqueLe 5 juillet 1941 était inauguré la statue monumentale de "Notre-Dame du Sacré-Coeur", plus communément dénommée "La Madone du Mas-Rilllier", sur l'emplacement des ruines de l'ancien château forteresse de Miribel. Dès sa conception, il avait été prévu de placer 3 à 4 cloches dans les contreforts de la statue. Mais après une visite sur les lieux en novembre 1940, Joseph Paccard, maître-fondeur à Annecy-le-Vieux (74), propose à l'abbé Pierre Thomas (1874-1952) un carillon de 45 cloches qu'il a rapatrié du nord de la France du fait de la guerre. Le Père demande d'ajouter 4 cloches et un bourdon de plus de 2 tonnes. Pour accueillir un tel instrument, un beffroi sera nécessaire. Louis Mortamet en sera l'architecte. Les cloches arriveront au Mas-Rillier en août 1941 mais on dut les cacher pendant l'Occupation. Le 20 juillet 1947, installées sur l'esplanade de la Madone, les 50 cloches furent baptisées. L'architecte a travaillé à la manière d'un facteur d'orgue. Il a construit le campanile en fonction du nombre de cloches, tenu compte de leurs dimensions et respecté leur orientation sur le site. Haut de 28 mètres, le campanile, conçu pour une diffusion optimale du son, surplombe la plaine du Rhône. En 1977, l'Évêché cédait pour le franc symbolique le tènement avec la statue et le beffroi à la commune de Miribel. Depuis 2003, sous l'impulsion de l'Office de Tourisme de la Communauté de Communes de Miribel et du Plateau, des artistes de jazz se retrouvent début juillet sur l'esplanade de la Madone pour un festival qui allie voix, cordes, percussions et art campanaire. En 2005, ces rencontres ont pris le nom de "Swing sous les étoiles". Reconnues dans la région, elles accueillent plusieurs centaines de spectateurs chaque soir. Aux beaux jours, des concerts sont également donnés par Chantal Bégeot, alors titulaire du carillon.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 59 négatifs. Tirage(s) sous la cote : FIGRPT0865.
note bibliographique"La Madone et le campanile du Mas-Rillier : 1941-2011 : l'oeuvre de l'abbé Thomas" / Laurent Tronche in Revue d'Histoire religieuse des Pays de l'Ain, no.8, 2012, p. 61-68 [BM Lyon, 950532]. - Miribel de 1900 à l'An 2000 [Livre] / Jean Beaufort, 2000 [BM Lyon, B 051750]. - Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Carillon_du_Mas_Rillier (consulté le 29-03-2017).

Retour