[Centre urbain des Gratte-Ciel à Villeurbanne]

[Centre urbain des Gratte-Ciel à Villeurbanne]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRP03952 030
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 36 x 24 mm
historiqueComme le TNP ou l'Hôtel de Ville, les Gratte-Ciel font partie de l'identité villeurbannaise. Trois bonnes fées sont venues se pencher sur leur berceau : Lazare Goujon le maire de Villeurbanne, Jean Fleury le directeur du service urbain, et Môrice Leroux l'architecte. A la fin des années vingt, alors que Villeurbanne n'est encore que la banlieue de Lyon, la ville se développe dans le quartier Dedieu-Charmettes. Dans le centre géographique de Villeurbanne, les usines et les ateliers côtoient des terres en culture. Entre les années 1925 et 1929, un périmètre de 40.000 mètres carrés, délimité par la rue Germain au sud et l'avenue Anatole-France au nord, est retenu pour réaliser "un ensemble architectural" qui repose essentiellement sur le face à face, autour d'une place publique, un palais du Travail et d'un Hôtel de Ville. En 1928, la ville confie la conception de la place à Môrice Leroux qui s'inspirera des maquettes de Savage, un architecte ayant peu de réalisations à son actif. Le concours d'architecte, ouvert en juillet 1930, pose le problème de l'aménagement plus large du secteur. Le mois suivant, la ville achète 6.700 mètres de terrains supplémentaires. Parallèlement, le plan d'extension de Lyon projette de grands axes de voirie concernant Lyon et Villeurbanne. Le nouveau centre des Gratte-Ciel se trouve en dehors de ces grands axes, ce qui sera déterminant pour leur évolution. C'est alors que la SVU voit le jour. Elle assure le financement des bâtiments publics par la construction de bâtiments destinés à l'habitation. La construction des Gratte-Ciel a duré quatre ans, de 1930 à 1934. L'expérience s'avère être une première : à l'époque, le gratte-ciel n'existe pas en France. Parallèlement, une innovation voit le jour : la mise en place d'un chauffage urbain desservant l'ensemble du quartier. Source : "Le grand dessein de Lazare Goujon" / D. CH. [David Chapelle] in Lyon Figaro, 7 juin 1991, p.3.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 197 négatifs.
note bibliographique"La renaissance des Gratte-ciel" / D. Ch. [David Chapelle] in Lyon Figaro, 4 juin 1991, p.8. - "Villeurbanne joue au centre" / David Chapelle in Lyon Figaro, 7 juin 1991, p.2-3. - "Gratte-Ciel : la phase de consultation" / Chantal Danon in Le Progrès, 4 juin 1991.

Retour