[Métro de l'agglomération lyonnaise. Inauguration de la...

[Métro de l'agglomération lyonnaise. Inauguration de la ligne D (station Bellecour)]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRP04324A 002
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 6 x 6 cm
historiqueLigne D du métro lyonnais, station Bellecour. René Gimbert et Jacques Vergely, architectes ; 1991.
historiqueLe 3 septembre 1991, les TCL auront réussi à démontrer la nécessité de la ligne D du métro, au cours de son inauguration. Par un aller retour combiné bus-métro entre Bellecour et Gorge-de-Loup. Le test est sans appel. II a fallu un bon quart d'heure pour rejoindre le terminus de la ligne D depuis le centre-ville, en surface. Le retour, Michel Noir, Michel Mercier, Jean Rigaud et le préfet Paul Bernard aux commandes du nouveau métro, s'est effectué en moins de cinq minutes. Après les élus, c'est au tour de la population de l'agglomération lyonnaise d'expérimenter le lendemain la ligne D. Depuis 5h30, les rames circulent, reliant Gorge-de-Loup et Grange-Blanche. Gratuitement jusqu'au lundi suivant, date de la mise en service commerciale de la ligne. C'est à cette date également que sera effective la réorganisation du réseau de bus en surface. Cinq jours ne seront pas de trop pour essuyer les plâtres, même si les TCL ne se font guère d'illusions et prévoient déjà le plus gros des difficultés pour la semaine suivante. On ne change pas d'un coup de baguette les vieilles habitudes. Quoi qu'il en soit, la mise en service de la ligne D du métro lyonnais constitue bien l'événement de la rentrée 1991. Lyon possède désormais un réseau qui irrigue la ville d'Est en Ouest. Avec une nouveauté : la connexion entre le métro et le chemin de fer. Au centre d'échanges de Gorge-de-Loup, il n'y a que quelques mètres à parcourir pour passer du train ou du car routier au métro. Certes, la ligne n'est pas ouverte dans sa totalité. Il faudra faire preuve de patience pendant encore un an pour bénéficier des faveurs de Maggaly, le système automatique qui poursuit ses essais entre Grange-Blanche et Gare-de-Vénissieux. Le président de la CoUrLy a promis l'ouverture totale et automatique à la rentrée 1992. C'est vrai que la quatrième ligne du métro lyonnais cumule les nouveautés. Cela a commencé avec le tunnelier, technologie de forage révolutionnaire. Cela se poursuit avec Maggaly, un métro automatique à grand gabarit et sans pilote, technique que la RATP regarde de très près. Mais aussi avec l'accessibilité aux handicapés. Toutes les stations sont étudiées pour faciliter leurs déplacements. Autant d'innovations qui déjà, selon Henry Chabert, président de la Sémaly, société constructrice du métro, ont des répercussions "très palpables". Source : "Feu vert sur la ligne D" / S.M. et F.P. [Frédéric Poignard] in Lyon Figaro, 4 septembre 1991, p.3.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 56 négatifs. Tirage(s) sous la cote : FIGRPT3435.

Retour