[Pont autoroutier de la RD6]

[Pont autoroutier de la RD6]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRP04941 004
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 24 x 36 mm
historiqueCe pont de la route départementale 6 double un pont plus ancien situé en aval, dit Pont de Croix-Luizet (1968-1971), avec lequel il est souvent confondu.
historiqueFinie la manoeuvre périlleuse qui obligeait à couper les files de l'autoroute pour rejoindre le quartier Saint-Jean et Vaulx-en-Velin à Croix-Luizet. Depuis le 8 février 1992, un nouveau pont est en service pour le trafic local entre l'avenue Roger-Salengro et l'avenue de Verdun, de l'autre côté du canal de Jonage. D'un montant de 58 millions de francs, l'ouvrage a été financé à 55% par l'Etat, le Conseil général et la Communauté urbaine apportant chacun 22,5% de la somme. Principal avantage de ce pont, celui de séparer les trafics routiers. Le trafic local emprunte désormais le nouveau pont, tandis que les véhicules en transit continuent à emprunter le pont autoroutier de Croix-Luizet, dont les bretelles d'accès ont été améliorées. Il permet aussi une circulation dans les deux sens, ce qui améliorera les temps de parcours des bus dans le sens Vaulx-Villeurbanne. La situation n'a pourtant pas, totalement satisfait Gilbert Chabroux, le maire de Villeurbanne. S'il s'est réjoui de voir se recréer un lien entre deux quartiers de sa ville, il s'est inquiété de l'inflation du trafic routier sur ce point : "Croix-Luizet est saturé avec la mise en service de l'A46 Nord", a-t-il constaté. "N'aurait-on pas renvoyé sur Croix-Luizet un bouchon qui se situait ailleurs ?". L'allusion au bouchon de Fourvière, et à la publicité de Michel Noir promettant, pendant l'été1991, de le faire sauter, est évidente. Le préfet de Région Paul Bernard a eu l'occasion quelques instants plus tard de rassurer le maire de Villeurbanne : le contournement Est de l'agglomération devrait être terminé pour le premier trimestre 1993 : "Nous faisons tout pour y arriver, la volonté de !'Etat est de tenir ses engagements", a-t-il précisé. Le représentant de l'Etat s'est déclaré "très impressionné par le potentiel, la force d'investissement de l'agglomération lyonnaise", en matière d'aménagement, converti semble-t-il au leitmotiv "Lyon métropole européenne". "Si un deuxième pôle européen doit exister en France, c'est à Lyon qu'il sera", a déclaré Paul Bernard, en dressant la liste des cinq dossiers importants en cours de négociation entre l'Etat et les collectivités. Il a balisé également à l'occasion le terrain pour préparer les responsables des collectivités au prochain contrat de plan qui sera négocié en 1993. Et annoncé la mise en place d'un groupe de travail tripartite - Etat, Conseil général, Communauté urbaine - pour préparer un schéma des voiries de l'agglomération. Source : "A chaque pont son trafic" / Frédéric Poignard in Lyon Figaro, 8 février 1992, p.3.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 18 négatifs.
note bibliographique"Deux ponts pour Croix-Luizet" in Lyon Matin, 26 septembre 1988. - "Un pont à dimension humaine" / Christine Beranger in Lyon Matin, 10 février 1992. - Inventaire du Patrimoine de Rhône-Alpes (dossier IA69006605).

Retour