[Elections présidentielles de 1988 : campagne d'affichage...

[Elections présidentielles de 1988 : campagne d'affichage lyonnaise de Raymond Barre]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRPTP0200F 07
technique1 photographie positive : tirage noir et blanc ; 20 x 15 cm (épr.)
historiqueNouvelles affiches de Raymond Barre sur les murs lyonnais. Et nouveau sourire du candidat. Après le Barre aux "dents rouges", le Barre aux "dents blanches". Les militants ont réparé une erreur technique. C'est avec "les dents blanches et l'haleine fraiche" selon l'expression même des collaborateurs du comité de soutien, que Raymond Barre est réapparu le 31 mars 1988 sur les murs de Lyon. Peu de temps auparavant, il est vrai que les Lyonnais ont découvert leur député arborant une dentition multicolore, avec un slogan : "Un président lyonnais, c'est bon pour nous". Mais le "défaut technique" est réparé et Raymond Barre a troqué son sourire aux dents rouges, contre un autre aux dents blanches. L'idée d'une campagne d'affichage spécifiquement lyonnaise avait été retenue par les organisateurs depuis un certain temps déjà, mais ce n'est que tardivement que te comité de soutien a mis le projet en route. Le 14 mars, au cours de la traditionnelle réunion hebdomadaire du lundi, un publicitaire présenté par André Soulier expose aux responsables du comité de soutien, un projet d'affiche où le candidat apparait pensif. Le slogan est retenu, mais à un moment où l'on reproche à la campagne d'être ennuyeuse, les militants barristes préfèrent offrir aux Lyonnais un portrait de Raymond Barre au sourire éclatant. Rendez-vous à la prochaine réunion. Le lundi 21 mars, le publicitaire présente la photocopie couleur d'un autre portrait. Le temps presse et la proposition est retenue. Le projet devient donc réalité, les affiches sont imprimées. Et collées sur les murs de la ville, malgré le résultats qui laisse apparaître un candidats au sourire défraîchi. Défaut technique de la photo ou erreur à l'imprimerie ? Les esprits pervers iront même jusqu'à prononcer le mot de sabotage. Troisième épisode de l'aventure, lundi 28 mars. Devant la protestation générale des militants barristes, le comité de soutien décide, au cours de sa réunion hebdomadaire de faire retoucher, en toute urgence, le sourire de Raymond Barre et de faire recoller une affiche nouvelle version. Ce fut chose faite le 31 mars. Source : "Coup de fluor pour Raymond Barre" / Catherine Lagrange in Lyon Figaro, 1er avril 1988.

Retour