Ancien bâtiment Recherche de la Rhodiacéta

Ancien bâtiment Recherche de la Rhodiacéta
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0757 006 00023
technique1 photographie numérique : couleur
descriptionVue de l'ancien bâtiment Recherche de la Rhodiacéta, actuellement occupé par le groupe Fiducial.
historiqueLa Rhodiacéta est créée à Vaise (9e arrondissement), 45 rue du Tunnel, en 1927-1928. Cette filature de la soie artificielle, rattachée au groupe Gillet puis au groupe Rhône-Poulenc, veut faire adopter aux soyeux lyonnais un nouveau traitement de la soie artificielle à partir d'acétate de cellulose avec emploi à froid de liquide inflammable. L'usine servira de modèle aux filatures américaines de Dupont de Nemours. C'est là où va naître le premier nylon européen. On fabrique de la rayonne à l'acétate de cellulose. Les fils ainsi obtenus sont employés couramment dans la soierie, la rubannerie et la bonneterie. C'est en 1929 que le premier fil teinté dans la masse, le Nérane, est créé, puis en 1931, c'est la création de l'Albène et en 1935 apparaissent les fibres. Pour la fabrication du fil d'acétate, on utilise les linters de coton avec lesquels on produit la cellulose. Ces linters seront remplacés par la pâte de bois dès 1940 pour les besoins militaires. Les métiers de filature seront adaptés à cette nouvelle fabrication. Au début des années 1930, l'attention du service de la répression des fraudes va être portée sur l'utilisation multiple des termes de soie artificielle, et sur le terme de soie pour des fils qui ne sont pas exclusivement le produit du bombix Mori (vers à soie). En 1932, l'entreprise doit rajouter le terme d'artificielle à sa raison sociale et pour faire disparaître toute allusion à la soie naturelle (en latin seta), le terme Rhodiaséta est orthographié Rhodiacéta. L'activité de l'usine s'arrête en 1981. Les bâtiments sont détruits à l'exception de l'ancien centre de recherche de la Rhodiacéta et du second site construit dans les années 1950 rue Joannès Masset, toujours dans le quartier Vaise. Le premier bâtiment est réutilisé par la Chambre du Commerce et de l'Industrie, puis à partir de 1987 par la société Fiducial, groupe qui vend de l'expertise et du service comptable et juridique aux petites entreprises. En 1994, le groupe Saci fourniture de bureau, rattaché au groupe Fiducial, s'installe et construit un bâtiment connexe au bâtiment d'origine. Le second site est réutilisé en grande partie par la société de fabrique de chocolat Voisin et par un parc d'activités multiple. Il reste également les jardins ouvriers situés à Gorges-de-Loup (adresse : 80 montée de l'observance), et un volant de machine à vapeur installé dans la nouvelle rue Cassin. Au début du XXe siècle, la mémoire de cette usine est encore vivace et nombre de rue porte le nom d'anciens travailleurs de la Rhodia : Laure Diébold, bibliothécaire à la Rhodia et résistante, déportée par les allemands, Pierre Audry, ingénieur au service recherche mort pendant la Seconde Guerre mondiale, Daniel Decot, Mourad Mouradian, grand syndicaliste, et Michel Berthet, mort en Algérie, dont la rue du Tunnel porte aujourd'hui son nom. Source : Patrimoine Rhône-Alpes.

Retour