[Eddy Merckx au vélodrome Tête-d'Or]

[Eddy Merckx au vélodrome Tête-d'Or]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0741 FIGRP00054 003
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 36 x 24 mm
historiqueJournée régionale pour Eddy Merckx, l'ancien champion cycliste belge, qui a reconnu le parcours du prochain championnat du monde sur route à Chambéry avant de venir visiter le vélodrome du Parc de la Tête d'Or où se dérouleront les épreuves de piste. Sans le vélo indispensable pour réellement tester la piste, Eddy Merckx a surtout insisté sur son profil qui, "avec des virages très relevés, facilitera les épreuves de vitesse." Autre avantage selon le visiteur belge, "la longueur idéale de l'anneau qui offre une ligne droite importante à la sortie du virage." Pour le reste, il a répété, sans s'engager, l'un des deux messages qui constituaient les buts de la journée. "Tout sera parfait pour les compétitions." En attendant, des ponceuses tentent d'aplanir la piste. L'autre partie du discours a consisté à démentir les rumeurs voulant que Lyon soit privé des futurs championnats du monde. Jean Bollon, président du comité d'organisation, et Christian Bonnefond, l'adjoint aux Sports de Lyon, ont longuement insisté. "Il n y a aucune raison que cela arrive. Nous avons toutes les garanties." Derrière cet optimisme de rigueur, quelques inquiétudes subsistent peut-être. En effet, un éclairage sera installé autour du vélodrome pour les championnats du monde. "Il n'était pas obligatoire, mais la ville de Lyon a décidé de faire un geste." Compte tenu des problèmes que pose cette amélioration, l'explication n'est guère satisfaisante. Il faudra trouver des mâts de grande hauteur qui ne sont pas en stock chez les fabricants, assurer une forte puissance et disposer de deux blocs électrogènes. Le tout dans un délai très court, ce qui inquiète un peu les services techniques... qui n'ont pas encore établi le devis de l'opération. [...] La question de l'éclairage n'était pas d'actualité jusqu'à maintenant car la Fédération française aurait admis qu'il était inutile compte tenu des horaires de compétition, de 9 à 19 heures. Et d'ailleurs, cet aspect ne figure pas dans la convention entre le comité d'organisation et la ville de Lyon. En revanche, une clause du contrat entre l'Union cycliste internationale et la Fédération française précise qu'il est indispensable. En installant l'éclairage, la municipalité évite peut-être seulement un des arguments qu'il était possible de lui présenter pour lui retirer les championnats du monde... Source : "Le vélodrome en pleine lumière" / Jean-Michel Roustand in Lyon Figaro, 19 mai 1989, p.33.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 52 négatifs.
note bibliographiqueWikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vélodrome_Georges-Préveral (consulté le 18-04-2015). - "Mondial cycliste 89 : la visite du propriétaire" / Francis Viailly in Le Progrès de Lyon, 19 mai 1989.

Retour