[Faïences de l'époque révolutionnaire]

[Faïences de l'époque révolutionnaire]
droitsCreative Commons - Paternité. Pas d'utilisation commerciale. Pas de modification.
localisationBibliothèque municipale de Lyon / P0740 FIGRP00206 002
technique1 photographie négative : noir et blanc ; 36 x 24 mm
descriptionAdresse : Musée Joseph-Déchelette, 22 rue Anatole-France, 42300 Roanne. Inscription(s) sur l'image : "Vive la liberté" ; "1791".
historiqueLa ville de Roanne a décidé de célébrer à sa façon le bicentenaire de la Révolution française en organisant au musée Déchelette une importante exposition consacrée à la faïence de l'époque révolutionnaire. Plus de cinq cents pièces qui nous font souvenir que la cité forezienne fut jadis l'un des grands centres français dans la fabrication de céramique. La conséquence directe de l'acquisition, il y a quelques mois, de l'exceptionnelle collection rassemblée par Louis Heitschel et couvrant les faïencés réalisées principalement entre 1789 et 1794. L'occasion, aussi, d'inaugurer une nouvelle aile du musée Déchelette, entièrement reconstruite par l'architecte et muséographe Françoise Ruel. Deux ans de travail pour le conservateur du musée, Eric Moinet, et une inauguration par le président de la République François Mitterrand. Le 10 mai 1790, ils étaient venus à Lyon. Comme tout le monde aux alentours. Pour la Fête de la Fédération célébrée en grande pompe dans la plaine des Brotteaux. C'étaient les bateliers de Roanne, une corporation puissante, active, jalouse de ses privilèges, volontiers frondeuse, qui avait fait la fortune de la cité marchande sise sur les bords de la Loire. Rentrés chez eux, ils avaient voulu conserver le souvenir de leur équipée. Il n'y avait pas encore de carte postale... Aussi avaient-ils demandé au maître faïencier le plus réputé de la ville, Sébastien Nicolas, de leur confectionner un plat ovale dont la décoration représenterait la fameuse cérémonie, à commencer par le rocher symbolique sur lequel un peu tout le monde ou presque avait prêté serment. Deux siècles après, ce plat de circonstance est l'une des quelques cinq cents pièces de faïence révolutionnaire exposées au musée Déchelette de Roanne. Source : "Quand les révolutionnaires s'envoyaient des assiettes" / Gérard Corneloup in Lyon Figaro, 23 juin 1989, p.44-45.
note à l'exemplaireCe reportage photographique contient 51 négatifs.

Retour